BFMTV

Aquarius : la France va accueillir 60 migrants débarqués à Malte

L'Aquarius

L'Aquarius - BORIS HORVAT / AFP

La France accueillera soixante des 255 migrants débarqués à Malte après leur sauvetage en Méditerranée.

Est-ce la fin de l'errance pour l'Aquarius ? Selon l'Élysée, la France va accueillir 60 migrants, débarqués à Malte du navire qui porte secours aux clandestins en Méditerranée.

"À l’initiative de Malte et de la France, plusieurs Etats membres de l’Union européenne - l’Espagne, le Portugal, l’Allemagne et le Luxembourg - se sont mis d’accord pour permettre le débarquement rapide et sûr des personnes secourues en mer par l’Aquarius et l’exercice d’une solidarité effective pour l’accueil des personnes en besoin de protection", détaille le palais. 

Solidarité sous condition

255 migrants ont été secourus en mer et débarqués à Malte, dont 141 secourus par l'Aquarius et 114 par un autre bateau arrivé lundi soir. La France prend ainsi sa part de ce que Michel Rocard appelait "la misère du monde". 

L'Office français des réfugiés et apatrides (Ofpra) "va envoyer jeudi une mission sur place pour identifier les réfugiés en vue de leur accueil en France", a de son côté indiqué Pascal Brice, le directeur général de l'Ofpra.

Les entretiens "viseront à s'assurer que ces personnes relèvent bien du droit d'asile", a ajouté Pascal Brice. "C'est la cinquième mission de ce type" depuis juin, conçue dans une "volonté d'illustrer les dispositifs de solidarité européens", a-t-il ajouté. Comme lors des précédentes opérations, les personnes sélectionnées arriveront ensuite en France où elles recevront rapidement le statut de réfugié ouvrant la voie à un titre de séjour.

Accords européens, refus de l'Italie

Le Premier ministre maltais, Joseph Muscat, a donné mardi son accord pour laisser accoster le navire humanitaire après cet accord européen.

Des accords similaires à celui annoncé mardi pour l'Aquarius avaient déjà été trouvés pour les 630 migrants recueillis, déjà par l'Aquarius, en juin et débarqués en Espagne, les 87 migrants de l'Open Arms arrivés en Espagne en août, les 233 migrants du Lifeline arrivé à Malte fin juin et les 450 migrants recueillis par des navires militaires et débarqués en Italie mi-juillet. Sur ce total, la France s'est engagée à en accueillir 200 au total.

La France comme les autres pays d'accueil n'acceptent que ceux pouvant obtenir l'asile, les autres étant considérés comme des immigrants illégaux, un distinguo que soutient aussi le Haut commissariat aux réfugiés des Nations Unies. Ne pas faire cette distinction, avertit l'Elysée, risquerait de mettre fin au droit d'asile.

L.N. avec AFP