BFMTV

Régionales: Le Pen raille Dupond-Moretti avec une référence aux bracelets anti-rapprochement

Évoquant une prétendue "obssesion" du garde des Sceaux à son égard, la présidente du Rassemblement national a ensuite ironisé sur les "quelques bracelets anti-rapprochement en rab" se disant "preneuse".

Après Sébastien Chenu, qui avait dénoncé "une histoire de politique politicienne", c'est au tour de Marine Le Pen de fustiger la candidature du ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti en tant que tête de liste de la République en Marche dans le Pas-de-Calais.

"J'ai vu beaucoup de forts en gueule venir ici défier le Rassemblement national et opérer des rodomontades", a ironisé la présidente du parti, interrogée après une déclaration pour la commémoration du 8 mai, citant "M. Tapie en son temps" et "M. Mélenchon".

D'après Marine Le Pen, les anciens candidats dans les Hauts-de-France, "sont tous assez rapidement repartis, plutôt humiliés par l'expérience".

"L'obsession que M. Dupond-Moretti a, à mon égard, commence à devenir relativement étrange. Il paraît qu'il reste quelques bracelets anti-rapprochement en rab, je suis preneuse", a-t-elle ajouté. Des propos qui interviennent dans la suite des révélations sur les failles qui ont précédé l'assassinat de Chahinez, du nom de cette jeune femme immolée par le feu par son compagnon violent à Mérignac.

Marine Le Pen "ne veut pas venir à moi, alors je viens à elle"

Le garde des Sceaux avait annoncé sa candidature surprise dans les Hauts-de-France, dans un entretien dans la Voix du Nord, affirmant ne pas souhaiter "que cette terre file entre les mains du RN". "Madame Le Pen refuse de débattre avec moi. Elle ne veut pas venir à moi, alors je viens à elle", a expliqué le ministre.

Au sein de la classe politique, de nombreuses voix se sont élevées pour dénoncer une candidature opportuniste. L'équipe de Xavier Bertrand, candidat à sa réélection dans la région, ainsi qu'à la présidentielle, a rejeté toute perspective d'alliance: au second tour "s'ils passent la barre des 10%", LaREM "n'aura qu'une seule solution" pour "vraiment faire barrage au RN, c'est de se désister", a affirmé à l'Agence France-Presse (AFP) Pierre-Henri Dumont, député LR du Pas-de-Calais.

Invité sur notre antenne ce samedi, Daniel Fasquelle, maire LR du Touquet (Pas-de-Calais), s'est par ailleurs dit "agacé" que Marine Le Pen et Éric Dupond-Moretti choisissent son département "pour débattre de sujets nationaux".

De son côté, le chef de file de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a expliqué qu'il ne donnerait "aucun conseil à Éric Dupond-Moretti [pour les régionales]". "Il n'écoute personne et est extrêmement imbu de lui-même", a-t-il accusé ensuite.

Actuellement, dans les Hauts-de-France, la liste de Xavier Bertrand est talonnée par celle de Sébastien Chenu (RN) d'après un sondage. La candidate à la tête d'une liste d'union entre la gauche et les Verts, Karima Delli, est créditée de la troisième place.

Fanny Rocher