BFMTV

Régionales: le FN ne remporte aucune région

A l'issue du second tour des élections régionales, le Front national n'a finalement obtenu aucune région. La gauche limite la casse.

L'essentiel

> Le FN ne gagne finalement aucune région

> La droite remporte 7 régions, dont l'Île-de-France

> La gauche limite la casse

> La participation en nette hausse par rapport au premier tour

Alors que la participation a connu une nette hausse par rapport à dimanche dernier (l'abstention devrait atteindre un peu plus de 40%), plusieurs surprises ont émaillé ce second tour des élections régionales. Les défaites de Marine Le Pen dans le nord,et de Marion Maréchal Le Pen en Paca en font partie.

Au final, le Fn ne remporte pas de région, tandis que la droite en glane sept. Et même si la gauche a limité la casse, avec cinq régions gagnées, elle pourra regretter la perte de l'Île-de-France.

>>Revivez cette journée minute par minute.

23h05 - Le FN dépasse son record de voix

Le parti dirigé par Marine Le Pen a battu, lors du second tour des élections régionales, son record de voix datant de la présidentielle de 2012.

Selon une totalisation nationale provisoire, le FN obtenait 6.600.253 voix, soit d'ores et déjà mieux que les 6.421.426 voix obtenues par Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle 2012, une élection qui avait pourtant connu une participation supérieure d'environ vingt points.

22h50 - Hidalgo félicite Pécresse pour sa victoire

22h45 - La gauche l'emporte dans la région Centre

François Bonneau, tête de liste socialiste dans le Centre, l'a emporté de justesse devant Philippe Vigier (droite) et et Philippe Loiseau (FN), selon les résultats définitifs.

22h20 - Marion Maréchal-Le Pen: "il y a des victoires qui font honte aux vainqueurs"

La défaite visiblement amère, la tête de liste frontiste en Paca a raillé son concurrent Christian Estrosi. "Gagner à 10 contre un n'est pas autre chose qu'une défaite", a-t-elle déclaré, référence au front républicain et au retrait de la liste socialiste. "Il y a des victoires qui font honte aux vainqueurs", a-t-elle martelé.

22h10 - La gauche l'emporte officiellement en Bourgogne

La présidente sortante de Franche-Comté Marie-Guite Dufay (PS) a emporté les élections dans la nouvelle région de Bourgogne-Franche-Comté face à François Sauvadet (droite) et Sophie Montel (FN), selon les chiffres définitifs du ministère de l'intérieur.

Marie-Guite Dufay a recueilli 34,68% des voix et obtient 51 sièges. François Sauvadet, 32,89% des voix et 25 sièges, et Sophie Montel, 32,44% et 24 sièges, sont au coude à coude.

22h05 - Bartolone va remettre en jeu son mandat au perchoir

Reconnaissant sa défaite en Île de France, Claude Bartolone a annoncé qu'il tiendrait son engagement dès lundi, à savoir la remise en jeu de son poste de président de l'Assemblée nationale. 

21h50 - L'Ile-de-France bascule à droite

C'est désormais quasi officiel: Valérie Pécresse remporte l'Île-de-France. La candidate a annoncé sa victoire, tandis que Claude Bartolone devrait bientôt reconnaître sa défaite. 

21h45 - Hervé Morin remporte la Normandie

Alors qu'il était au coude à coude avec son adversaire socialiste, l'ancien ministre de la Défense s'est détaché et remporte la région avec 36,43% des voix, selon les résultats officiels du ministère de l'Intérieur. Il devance le candidat PS Nicolas Mayer-Rossignol (36,08%). 

21h40 - Le Drian sera président de région et ministre de la Défense

Jean-Yves Le Drian, vainqueur en Bretagne face à la droite et au FN, a confirmé dimanche soir qu'il prendrait les rênes de la région tout en restant ministre de la Défense. "J'ai dit aux Bretons que si j'étais candidat à la présidence de la région, c'était bien pour assurer cette présidence", a-t-il déclaré sur TF1. Il a laissé entendre qu'il cumulerait ce poste avec ses fonctions au gouvernement, malgré la règle de non cumul édictée par François Hollande en 2012, en raison de la situation sécuritaire créée par la menace terroriste.

21h30 - Juppé déjà dans le costume de candidat à la présidentielle?

Réagissant aux résultats du second tour, l'ancien Premier ministre a tenu un discours à la tonalité présidentielle. "Pour ma part, je veux m'adresser à tous les Français", a-t-il commencé. >> Lire la suite

21h25 - Fillon: sans projet, "la colère s'étendra" 

L'ancien premier ministre François Fillon a salué le "sursaut" des Français qui, en se mobilisant, ont empêché le Front national de gagner une région mais a estimé que "la colère s'étendra" tant qu'on ne leur proposera pas "un projet puissant et crédible".

"Les Français se sont mobilisés à droite comme à gauche pour refuser que l'extrême droite ne dirige une région française. Ce sursaut est un réconfort mais il n'efface pas le 6 décembre qui reste le véritable baromètre de l'état du pays", a commenté François Fillon (Les Républicains), évoquant le premier tour des régionales, marqué par une percée historique du Front national.

21h15 - Marine Le Pen: "rien ne pourra arrêter le FN"

21h00 - La liste nationaliste l'emporte en Corse

Le chef de la liste nationaliste vainqueur des élections territoriales en Corse, Gilles Simeoni, a déclaré dimanche que cette victoire, "historique", était celle "de tous les Corses". "Cette victoire est celle de tous les Corses et d'une Corse qui a envie de construire son présent et son avenir", a-t-il déclaré à France 3 Corse après l'annonce des résultats. Le maire de Bastia a été porté en triomphe par ses partisans dès l'annonce du résultat: 35,5% des voix contre 30% pour la gauche, 27% pour la droite et 8,4% pour le Front national.

20h55 - Valérie Pécresse l'emporterait en Île-de-France

Même si ces estimations sont à appréhender avec la plus grande prudence, Claude Bartolone serait battu en Île-de-France. Valérie Pécresse obtiendrait en effet 44% des voix, devant le candidat socialiste (42%) et Wallerand de Saint-Just (FN, 14,2%).

20h45 - Manuel Valls: "Le danger de l'extrême droite n'est pas écarté"

Manuel Valls s'est félicité dimanche soir que le Front national ne remporte aucune région après le deuxième tour des élections régionales, tout en soulignant que le danger de l'extrême droite "n'est pas écarté". Le Premier ministre a appelé les responsables politiques de tous bords à "construire ensemble" pour apporter aux Français "la preuve que la politique ne reprend pas comme avant." "Ce soir il n'y a aucun soulagement, aucun triomphalisme, aucun message de victoire", a dit le chef du gouvernement dans une déclaration à Matignon. "Le danger de l'extrême droite n'est pas écarté, loin de là."

20h35 - Wauquiez: "J'ai fait une campagne avec des convictions claires"

"J'ai fait une campagne avec des convictions claires", a déclaré le candidat des Républicains, vainqueur en Auvergne Rhône Alpes, sur TF1. "C'est une des leçons de l'élection, les Français veulent des élus avec des convictions. C'est le choix du renouvellement".

20h15 - Le Guen (PS) salue un "sursaut républicain"

Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement, a salué dimanche un "sursaut républicain. D'abord, les Français sont venus voter massivement. Ils se sont mobilisés, notamment la gauche, et le Premier ministre n'y est pas pour rien, pour faire barrage au Front National", a-t-il estimé sur TF1.

20h10 - Bertrand: "L'histoire retiendra que c'est ici que nous avons stoppé la progression du FN"

Vainqueur de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie face à Marine Le Pen, Xavier Bertrand a remercié les électeurs de gauche alors que le candidat socialiste s'était retiré. "Ce soir ce n'est pas la victoire d'un parti politique, ce n'est même pas ma victoire, c'est la victoire des gens du nord" a déclaré le candidat du parti Les Républicains. "L'histoire retiendra que c'est ici que nous avons stoppé la progression du FN", a-t-il déclaré. "C'est notre dernière chance" pour empêcher l'accession du parti d'extrême droite estime-t-il, appelant le gouvernement "à mettre en œuvre les véritables réformes qui redresseront notre pays".

20h10 - NKM s'en prend au "Ni-Ni" de Sarkozy

La vice-présidente des républicains a critiqué la stratégie proposée par Nicolas avant ce second tour. "Si nos électeurs avaient appliqués le ni-ni, le Front national aurait remporté des régions ce soir", a-t-elle déclaré sur TF1. Tout en saluant "une belle victoire dans un contexte pas facile".

20h05 - En Bourgogne, le FN battu

La candidate frontiste Sophie Montel n'obtiendrait que 31,9% des voix, selon les estimations OpinionWay/B2S pour BFMTV. La victoire devrait donc se jouer entre la gauche de Marie-Guite Dufay, en tête avec 34,5%, et la droite républicaine de François Sauvadet (33,6%). L'écart est néanmoins trop faible pour ces résultats ne soient considérés comme définitifs.

20h00 - Marine Le Pen largement battue par Xavier Bertrand

Dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Xavier Bertrand l’emporterait largement sur sa rivale frontiste, selon les estimations OpinionWay/B2S pour BFMTV. L’ancien ministre du Travail obtiendrait 57,7% des voix, contre 42,3% pour la présidente du FN.

20h00 - En Paca, Christian Estrosi l’emporte

Le front républicain aura également fonctionné en Paca, puisque Christian Estrosi semble s’assurer d’une large victoire. Avec 54,6% des suffrages, il devancerait ainsi Marion Maréchal-Le Pen, qui obtiendrait 45,4% des voix, selon les estimations OpinionWay/B2S pour BFMTV.

20h00 - La droite nettement devant dans le Grand Est

Le maintien du socialiste Jean-Pierre Masseret n’aura pas apporté la victoire à Florian Philippot. Le vice-président du FN n’obtiendrait que 36,9% des voix, selon les estimations OpinionWay/B2S pour BFMTV. La liste de droite conduite par Philippe Richert serait ainsi largement devant, avec 46,4%. La liste de gauche, elle, pointe à 16,7%.

20h00 - En Auvergne Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez vainqueur

La liste de droite et du centre menée par Laurent Wauquiez l’emporte largement dans la région Auvergne Rhône-Alpes, selon les estimations OpinionWay/B2S pour BFMTV. L’ancien ministre de l’Enseignement supérieur obtiendrait ainsi 41,2% des voix, devant la liste socialiste de Jean-Jack Queyranne (36,4%) et le FN Christophe Boudot (22,4%).

20h00 - La gauche conserve le Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées

L’ancienne secrétaire d’État Carole Delga l’emporterait nettement avec 45,5% des voix dans le Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées, selon les estimations OpinionWay/B2S pour BFMTV. Elle devancerait Louis Aliot (FN, 33,2%) et Dominique Reynié (LR,21,3%).

20h00 - La droite l’emporte en Pays de la Loire, la gauche en Bretagne et en Aquitaine.

Selon les estimations OpinionWay/B2S pour BFMTV, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian l’emporterait en Bretagne, de même qu’Alain Rousset en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes. En Pays de la Loire, en revanche, la liste de droite menée par Bruno Retailleau.

18h00 - Un village alsacien obtient une heure de plus pour voter

Les habitants de Dettwiller (Bas-Rhin), une commune d'environ 2.600 habitants, pourront voter jusqu'à 19 heures au lieu de 18 heures, en raison d'un incendie ayant retardé l'ouverture des bureaux de vote dimanche matin, a-t-on appris auprès de la préfecture. Le préfet a pris un arrêté en ce sens, car deux des trois bureaux de vote de la commune n'ont pu ouvrir qu'en fin de matinée.

17h30 - Où vote-t-on le plus en France?

Alors qu'il est de 50,54% au niveau national à 17 heures, le taux de participation diffère selon les régions. Les électeurs se sont spécialement mobilisés en Corse, contrairement à l'Ile de France. 

Alexandra Gonzalez et Yann Duvert