BFMTV

Régionales en PACA: Bayou menace d'exclure le candidat EELV s'il maintient sa liste au second tour

Le secrétaire national d'Europe Ecologie Les Verts (EELV) et candidat à la présidence de la région Ile-de-France Julien Bayou, le 19 janvier 2021 à Paris

Le secrétaire national d'Europe Ecologie Les Verts (EELV) et candidat à la présidence de la région Ile-de-France Julien Bayou, le 19 janvier 2021 à Paris - GEOFFROY VAN DER HASSELT © 2019 AFP

Le Rassemblement national est arrivé premier dans la région, talonné par Les Républicains. Le maintien, ou non, de la gauche au second tour pourrait faire pencher la balance.

"Le risque Front national est trop élevé". Arrivé troisième de l'élection régionale avec 16,89% des suffrages, le Rassemblement écologique et social, la liste d'union de la gauche en Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca), va se maintenir au second tour des élections régionales face aux listes Rassemblement national (36,38%) et Les Républicains (31,91%), a annoncé son chef de file, l'écologiste Jean-Laurent Felizia, dimanche. Une intention que ce dernier a encore confirmé ce lundi matin sur France Info.

Depuis, la tête de liste est fortement critiquée pour cette décision. Julien Bayou, secrétaire nationale d'Europe Écologie Les Verts a même menacé d'exclure le candidat du parti ce lundi matin sur France Info, s'il ne changeait pas d'avis, précisant que des discussions allaient se tenir dans la journée à ce sujet.

"On a déjà fait barrage, nous appelons à nouveau à faire barrage. Si cette liste venait à se maintenir, elle n'aura pas le soutien d'EELV, elle n'aura pas le soutien du Parti socialiste ou du Parti communiste", a-t-il déclaré, confirmant que s'il ne respectait pas cette demande, Jean-Laurent Felizia serait exclu du parti.

"Le risque Rassemblement national est trop élevé"

"Nous nous avons décidé d'appeler à faire barrage, on ne considère pas que l'on peut jouer cette élection aux dés. Le risque [Rassemblement] national est trop élevé et nous le considérons comme une menace pour la démocratie, donc on en tire toutes les conséquences", a expliqué Julien Bayou.

Le bureau exécutif d'EELV avait choisi dès dimanche soir de "faire barrage" au Rassemblement national (RN) en Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca). "Réuni ce soir en bureau exécutif, Europe Ecologie-Les Verts appelle à faire barrage à l'extrême droite en PACA et ne soutiendra pas la liste du 'rassemblement écologique et social' si elle venait à se maintenir", avai indiqué le parti sur Twitter.

"J'en appelle à tous les électeurs, les socialistes, écologistes, verts, communistes, qui ont voté pour M. Felizia", a déclaré de son côté le candidat LR Renaud Muselier, président sortant de la région, ce lundi sur BFMTV. "M. Felizia avait dit qu'il prendrait ses responsabilités face au RN, là il ne les prend pas", a-t-il ajouté, estimant qu'il faisait "courir des risques très importants pour la région".

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV