BFMTV

Régionales: Audrey Pulvar plaide pour une "fiscalité écologique" pour financer la gratuité des transports

Invitée de BFMTV-RMC, la candidate aux régionales en Ile-de-France, défend cette mesure qu'elle juge favorable "au pouvoir d'achat", "à la justice sociale" et à l'environnement. L'élue estime son coût entre 2,5 et 3 milliards d'euros.

C'est la mesure phare de son programme. Audrey Pulvar, adjointe à la mairie de Paris et candidate soutenue par le Parti socialiste dans la course à la présidence de la région Île-de-France, défend la gratuité des transports.

"C'est une mesure de pouvoir d'achat pour les familles les plus modestes, pour les jeunes, a-t-elle indiqué ce vendredi matin sur BFMTV-RMC. C'est une mesure de justice sociale, de désenclavement. C'est pour permettre aux jeunes franciliennes et franciliens de se déplacer à leur guise là où ils sont partout chez eux en Île-de-France. Et c'est évidemment une mesure de responsabilité face à l'urgence climatique."

Et l'élue d'insister: "Faire la gratuité des transports, ce n'est pas renoncer à la qualité des transports". "Partout où on a instauré la gratuité des transports, le service s'est amélioré", assure-t-elle.

Mais cette mesure a un coût. Audrey Pulvar le chiffre entre "2,5 et 3 milliards d'euros". Pour financer la gratuité des transports, elle entend s'appuyer sur l'article 32 de la nouvelle loi climat. Ce dernier permet aux régions de définir leur propre fiscalité écologique.

"Organiser des assises de la fiscalité régionale"

La candidate milite ainsi en faveur d'"une taxe sur les transports les plus polluants", notamment routiers, ou encore "sur l'e-commerce". "De façon générale,nous souhaitons organiser des assises de la fiscalité régionale", a-t-elle ajouté.

En parallèle, selon l'intéressée, un usage renforcé des transports en commun permettrait de réduire drastiquement les coûts liés au transport routier. Accidentologie, encombrement, retards de livraison, embouteillage, biodiversité: "Ce sont 16 milliards d'euros par an qui pèsent sur l'ensemble des Franciliennes et des Franciliens parce qu'ils ne peuvent pas utiliser un réseau de transports en commun qui soit moderne, qui soit développé, qui maille l'ensemble du territoire et qui soit gratuit", plaide Audrey Pulvar.

Selon un sondage réalisé Ipsos Sopra Steria pour Radio France et France Télévisions, la candidate de gauche rassemble 10% des intentions de vote au premier tour des régionales de juin prochain. Loin derrière Valérie Pécresse. Grande favorite, la présidente sortante est créditée de près de 32% des intentions de vote.

Florian Bouhot Journaliste BFM Régions