BFMTV

Pour Pierre de Saintignon (PS), le Nord-Pas-de-Calais-Picardie "est une région de gauche"

Pierre de Saintignon, tête de liste PS en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, sur le plateau de BFMTV-RMC, lundi 19 octobre 2015.

Pierre de Saintignon, tête de liste PS en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, sur le plateau de BFMTV-RMC, lundi 19 octobre 2015. - BFMTV

Dans la lutte pour les élections régionales, il y a une région qui sera particulièrement regardée: celle du Nord-Pas-de-Calais-Picardie, où Marine Le Pen est déjà donnée favorite par les sondages. Face à elle, Pierre de Saintignon, tête de liste PS, aura pour premier objectif de s'imposer face à Xavier Bertrand, tête de liste LR, pour être au second tour.

Vendredi, il avait annoncé la saisine "en urgence" du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) pour "non-respect du temps de parole" accordé par les médias aux candidats aux régionales dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Lui, c'est Pierre de Saintignon, tête de liste socialiste pour le scrutin de décembre prochain. Il s'estime en effet lésé et assure que ces deux rivaux -le candidat LR, Xavier Bertrand, et la candidate FN, Marine Le Pen, donnée favorite du scrutin- bénéficient d'un temps de parole plus large que le sien.

"J'ai saisi le CSA parce que des informations avaient été données, comme quoi Xavier Bertrand et Marine Le Pen étaient sans arrêt invités des émissions du week-end. Je voulais signifier qu'il y avait un autre candidat", a-t-il souligné lundi matin sur BFMTV-RMC.

"Je suis le seul à parler de la région"

Puis, interrogé sur la "politique spectacle", condamnée avant lui par François Fillon notamment, Pierre de Saintignon a pris ses distances avec cette logique "de la petite phrase". "Oui, c'est choquant d'aller à la télé pour stigmatiser le chômeur (...), et je crois qu'on peut réinventer un nouveau mode de dialogue en France", a-t-il défendu.

"Je suis le seul à parler de la région. D'ailleurs, je suis le seul à vouloir y rester, je pense qu'eux (Marine Le Pen et Xavier Bertrand) voudront en partir le plus vite possible", a-t-il ensuite raillé.

S. C.