BFMTV

Présidentielle: près de 7 sympathisants de gauche sur 10 souhaitent une candidature commune

Le chef de file de LFI, Jean-Luc Mélenchon, répond à des journalistes après son audition au procès du groupuscule d'ultradroite OAS le 24 septembre 2021 à Paris

Le chef de file de LFI, Jean-Luc Mélenchon, répond à des journalistes après son audition au procès du groupuscule d'ultradroite OAS le 24 septembre 2021 à Paris - Thomas COEX © 2019 AFP

Si une majorité de sympathisants de gauche appelle à une candidature unique pour le premier tour de la présidentielle, une proportion quasi similaire ne croit pas à une telle union.

Éparpillée à moins de six mois du premier tour de l'élection présidentielle, la gauche compte à ce jour pas moins de sept déclarations de candidature. Des prétentions qualifiées de "lilliputiennes" par François Hollande dans une interview accordée au Parisien cette semaine, à la faveur de la publication de son livre Affronter. Toutes se situent de fait en deçà de la barre des 10%, selon différentes enquêtes d'opinion.

Si Anne Hidalgo, qui sera officiellement investie samedi par le PS, oscille entre 5 et 7%, l'écologiste Yannick Jadot récolte autour de 8% d'intentions de vote dans les sondages, l'insoumis Jean-Luc Mélenchon entre 8 et 10%, Arnaud Montebourg autour de 3% et Fabien Roussel 2%. Nathalie Arthaud (LO) et Philippe Poutou (NPA) ne dépassent pas les 1 à 2%.

L'union de la gauche souhaitée mais jugée peu plausible

L'union de ces personnalités au premier tour, toutes issues de courants différents de la gauche, pourrait-il permettre à ce pan de l'échiquier politique de peser davantage dans le scrutin présidentiel? Selon un sondage Ipsos-Sopra Steria réalisé pour Le Parisien et franceinfo, publié ce vendredi, c'est le souhait de 66% des sympathisants de gauche.

Dans le détail, les militants socialistes sont les plus nombreux à vouloir une candidature commune, à 77%. Ils sont suivis des écologistes (69%) puis par les insoumis (62%). En population générale, ce sont 49% des sondés qui souhaitent une candidature commune.

Un souhait qui risque de demeurer un voeu pieux pour une majorité des personnes interrogées. Selon cette même enquête d'opinion, 64% des sympathisants de gauche interrogés jugent que cette candidature commune n'est pas probable. Parmi la population française en général, ce chiffre grimpe à 72%.

Mélenchon en tête pour rassembler la gauche

Si les sympathisants de gauche devaient choisir une personnalité commune pour les représenter au printemps prochain, c'est Jean-Luc Mélenchon qui à ce jour l'emporterait à 25%, selon l'enquête Ipsos-Sopra Steria.

Le député des Bouches-du-Rhône, candidat pour la troisième fois à la présidentielle, serait suivi par Anne Hidalgo (15%), Yannick Jadot (14%), Arnaud Montebourg (10%) et Fabien Roussel (6%). 4% plaident pour "un autre candidat" sans le désigner nommément, et 26% n'accordent pas d'importance à la personnalité qui porterait l'étendard, "pourvu qu'ils s'unissent".

Si Mélenchon arriverait en tête pour incarner l'électorat de gauche, parmi les sympathisants qui accordent une importance à la personnalité, de nombreux sondés, en population générale, jugent qu'il existe des "différences incompatibles" entre lui et Anne Hidalgo (62%), lui et Arnaud Montebourg (58%) ainsi que Yannick Jadot (57%).

Entre Montebourg et Hidalgo, ces incompatibilités tombent à 32%, tout comme entre Jadot et Montebourg. Entre la maire de Paris et l'écologiste, 30% des sondés jugent qu'il existe ces divergences incompatibles.

Clarisse Martin Journaliste BFMTV