BFMTV

Le camp Macron dit "non merci" à Valls

Manuel Valls et, au second plan, Emmanuel Macron, lors de l'hommage national au policier tué sur les Champs-Elysées.

Manuel Valls et, au second plan, Emmanuel Macron, lors de l'hommage national au policier tué sur les Champs-Elysées. - Bertrand Guay - AFP

Malgré ses multiples appels du pied à l'intention d'Emmanuel Macron, Manuel Valls risque d'être mis hors-jeu par le candidat d'En Marche!, s'il venait à être élu le 7 mai.

Malgré ses appels du pied, Manuel Valls risque de ne pas être entendu. L'ancien Premier ministre, qui a réuni les siens mardi soir à la Maison de la chimie, à Paris, souhaiterait voir le PS, et lui-même, prendre une part active dans la future majorité, en cas de victoire de son ex-ministre de l'Economie Emmanuel Macron au second tour de l'élection présidentielle, le 7 mai prochain.

Appels du pied

"Nous devons participer à cette majorité présidentielle, et soyons plus clairs, à la majorité gouvernementale qu’il faudra construire" et "soutenir un gouvernement qui d’une manière ou d’une autre sera d’unité nationale ou d’entente républicaine. C’est un changement de culture", a ainsi affirmé Manuel Valls, devant environ 200 personnes, dont un quart de parlementaires.

Dès lundi, l'ancien chef du gouvernement, grand perdant de la primaire socialiste, prononçait l'acte de décès du PS, estimant que le premier tour de cette présidentielle et le score catastrophique enregistré par Benoît Hamon marquaient "la fin d'une histoire". Dimanche soir, le député de l'Essonne a d'ailleurs vu Jean-Luc Mélenchon réaliser un très bon score dans sa circonscription, tout comme Emmanuel Macron. 

Offre rejetée 

Pourtant, en dépit de son insistance de ces dernières 48 heures, la participation de Manuel Valls à la future majorité présidentielle est loin d'être acquise.

Ses velléités ont d'ores-et-déjà été freinées par le camp Macron. "Il n'est pas envisageable de travailler avec lui dans le cadre de la future majorité", assure ainsi un proche du candidat d'En Marche!, cité par Le Parisien. Rappelons que fin mars, Manuel Valls avait annoncé son soutien à Emmanuel Macron dans la course à la présidentielle, malgré son engagement préalable à soutenir le vainqueur de la primaire socialiste. 

L'ancien Premier ministre n'est pas le premier à s'être fait renvoyer dans les cordes par le candidat favori. Mardi soir, Emmanuel Macron n'a pas hésité à envoyer un tacle à François Hollande, qui avait mis en garde un peu plus tôt dans la journée contre l'absence d'une "prise de conscience" de la présence du Front national au second tour. 

"Il y en a qui se réveillent avec la gueule de bois, grand bien leur fasse. Ils n’avaient qu’à s’activer avant, ils l’ont nourrie. Ils l’ont nourrie. Moi, je me suis battu, je suis très fier d’une chose: d’être devant Marine Le Pen, car jusqu’à il y a quelques semaines, très peu de gens nous mettaient devant Marine Le Pen", lui a sèchement répondu Emmanuel Macron

dossier :

Manuel Valls

A.S.