BFMTV

"Je ne me défilerai pas": Juppé prêt à être le recours de Fillon

Alain Juppé à Bordeaux le 16 février 2017 lors d'un meeting de François Fillon

Alain Juppé à Bordeaux le 16 février 2017 lors d'un meeting de François Fillon - Nicolas Tucat-AFP

"Je ne me défilerai pas. Cette situation ressemble à un suicide collectif", a déclaré le candidat malheureux à la primaire de la droite, selon Le Parisien. Alain Juppé serait prêt à être le recours des républicains si François Fillon se désistait.

Alain Juppé serait prêt à être le recours en cas de désistement de François Fillon. "Je ne me défilerai pas. Cette situation ressemble à un suicide collectif", a déclaré le candidat malheureux à la primaire de la droite, selon Le Parisien de ce vendredi. Le maire de Bordeaux, qui aurait eu un "haut-le-cœur" selon l'un de ses proches en entendant François Fillon mettre en cause la justice, aurait même donné son feu vert à ses fidèles pour préparer le terrain, affirme le quotidien.

Une offensive anti-Fillon

"L'appel ne peut pas venir que des gens qui étaient déjà pour moi, il faut que ce soit plus large", a également assuré Alain Juppé, indique Le Parisien. Ainsi, Jean-François Copé, le maire de Meaux, œuvrerait en toute discrétion afin que le maire de Bordeaux obtienne ses 500 parrainages, qui doivent être déposés au plus tard le 17 mars. Le conseil constitutionnel l'a confirmé et enregistre des candidatures au nom d'Alain Juppé.

"On les garde et on attend pour le moment, assure un membre de l'institution au quotidien. Si nous dépassons le fameux seuil de 500, nous lui demanderons s'il souhaite se présenter."

Apparu, Philippe, Béchu, Keller, Boyer... Les juppéistes ont donc lancé dès jeudi une offensive anti-Fillon en lâchant les uns après les autres le candidat de la droite à la présidentielle.

"Impossible de continuer dans ces conditions"

"La base, elle, elle tient", a réagi François Fillon, en déplacement jeudi à Nîmes. La veille, dans une déclaration "aux Français", le candidat avait annoncé sa convocation par les juges le 15 mars dans l'affaire des emplois présumés fictifs de son épouse et de deux de ses enfants, et sa prochaine "mise en examen".

"Impossible de continuer dans ces conditions", ont réagi de nombreux élus. Bruno Le Maire, candidat à la primaire, a été le premier à tirer, en démissionnant, mercredi, de toutes ses fonctions auprès du candidat, suivi par ses soutiens, les députés Franck Riester ou Sébastien Lecornu, directeur-adjoint de campagne de François Fillon.

"Il faut que Juppé sorte rapidement du bois"

L'hémorragie s'est amplifiée avec les proches du maire de Bordeaux: son fidèle parmi les fidèles Gilles Boyer, la sénatrice Fabienne Keller, les députés Benoist Apparu, Edouard Philippe et Christophe Béchu, ou encore Vincent Le Roux. Au QG du candidat, les juppéistes faisaient tous leurs cartons.

D'autres restent prudents, optant pour les confidences en "off". Mais l'état d'esprit est le même. "Il faut que Juppé sorte rapidement du bois, s'il ne le fait pas dans les quinze jours qui viennent, nos cadres filent chez Macron, notre électorat chez Marine Le Pen", met en garde un ancien ministre.

On plie également bagage au centre. Mercredi, l'UDI a "suspendu" sa participation à la campagne. Jeudi, les digues ont sauté. Juppé, "ce serait une hypothèse qui ressouderait" les troupes centristes, selon un élu. "Ne laissez pas aux Français un choix pathétique et moribond entre Le Pen et Macron. Pensez à la France!" a tweeté Gilles Bourdouleix, en appelant lui aussi "à la candidature Juppé".

Un rassemblement place du Trocadéro

De son côté, François Fillon sait lui aussi qu'il ne lui reste que deux petites semaines avant le gong. Il dit tenir grâce à la "légitimité" que lui confère sa large victoire à la primaire de la droite. Mais "s'il y va, c'est mort pour nous", lâche un autre ancien ministre, "avec un gros risque de voir Le Pen remporter la présidentielle. On sous-estime l'importance de l'électorat" de la présidente du Front national, dit le même.

Dominique de Villepin a beau affirmer que "Fillon emporte son camp dans une course vers l'abîme", le sarkozyste Gérald Darmanin lancer sur Twitter "j'ai honte de ma droite", Patrick Stefanini, son fidèle directeur de campagne, hésiter à démissionner ("Il faut que tu te retires", a-t-il dit mercredi au candidat, ajoutant qu'il n'est lui-même "pas certain de continuer"), François Fillon ne lâche rien. "Les élus? On fera sans eux", lance-t-il. "Je m'appuie sur les Français."

L'ex-Premier ministre aura l'occasion de mesurer jusqu'à quel point il le peut, dimanche, lors du rassemblement qu'organise pour lui place du Trocadéro à Paris le courant Sens commun, proche de la Manif pour tous. "Si c'est pour manifester contre la justice ou contre la presse, je n'irai pas", assène Nathalie Kosciusko-Morizet.

Pour rappel, Alain Juppé a été condamné en appel, en 2004, à 14 mois de prison avec sursis et à un an d'inéligibilité pour prise illégale d'intérêts dans le cadre de l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris.

C.H.A. avec AFP