BFMTV

Fillon dénonce "un coup d'Etat institutionnel" venu de "la gauche"

François Fillon, le 14 janvier 2017, au Conseil national du parti Les Républicains.

François Fillon, le 14 janvier 2017, au Conseil national du parti Les Républicains. - Thomas Samson - AFP

A l'issue d'une réunion de crise au QG de François Fillon, les parlementaires LR ont apporté leur soutien au candidat à la présidentielle. De son côté, l'Elysée a rapidement répondu à ses accusations.

Face aux parlementaires Les Républicains, François Fillon a dénoncé mercredi un "un coup d'Etat institutionnel" venu de "la gauche". "Je vous demande de tenir 15 jours et d'être solidaires", a exhorté le candidat de la droite alors que l'hypothèse d'un plan B en vue de la présidentielle se renforce.

La crédibilité de ma candidature est remise en cause" par cette affaire, a-t-il également dénoncé lors d'une réunion à huis clos à son QG ce campagne à Paris selon des propos rapportés à l'AFP par des participants. 

"Totale unité"

Une semaine après les premières révélations sur l'emploi présumé fictif de son épouse Penelope, François Fillon avait réuni les parlementaires LR à son QG. "Aujourd'hui, on est à ses côtés, a insisté Christian Jacob, le président du groupe LR à l'Assemblée. On serre les rangs et on serre les coudes autour de notre candidat." De son côté, Thierry Solère a déploré cette campagne contre François Fillon et contre sa candidature. "C’est absolument honteux (…) On est dans un Etat de droit", a-t-il dénoncé.

"Personne n'empêchera François Fillon d'être présent au premier tour de l'élection présidentielle", a martelé le porte-parole, rappelant "la parfaite et totale unité de l'ensemble des parlementaires".

De son côté, son ancien adversaire à la primaire de la droite et du centre, Bruno Le Maire estime que l'on est "dans une campagne présidentielle, ça ne doit pas être pas une campagne judiciaire".

"C'est une campagne où se joue l'avenir de la nation, ce n'est pas une campagne où se joue l'avenir d'un homme", a-t-il poursuivi, comprenant que les sommes avancées dans la presse "peuvent choquer les Français".

L'Elysée réplique aux accusations de Fillon

Mercredi midi, l'Elysée a répliqué aux accusations de François Fillon: "le seul pouvoir, c'est celui de la justice, qu'on doit laisser travailler, et les seules exigences sont celles de la transparence et de l'exemplarité", a fait savoir l'entourage du chef de l'Etat.

Quelques minutes plus tôt, le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, a jugé mercredi "pas acceptable(s)" les accusations du candidat. 

"Ce n'est pas acceptable. La question qui est posée n'est pas celle d'un coup d'Etat de la gauche", a déclaré Stéphane Le Foll lors du compte rendu du Conseil des ministres. "Chacun doit assumer ses responsabilités, les Français attendent simplement vérité et transparence", a-t-il renchéri.

Rappelant qu'il fallait laisser la justice enquêter, Stéphane Le Foll a assuré qu'il ne "mangerait pas de ce pain-là". "Il y a deux ou trois ans, on m'avait accusé d'être à la tête d'un cabinet noir, a conclu le porte-parole du gouvernement. Je connais. C'est une manière de faire qui n'est pas acceptable." Même son de cloche chez Bruno Le Roux qui explique "ne pas comprendre ce que dit François Fillon". "Il devrait avoir d'autres explications à fournir", a estimé le ministre de l'Intérieur.

J.C. avec AFP