BFMTV

Des internautes américains à la manœuvre pour aider Marine Le Pen

Marine Le Pen, le 15 avril à Perpignan.

Marine Le Pen, le 15 avril à Perpignan. - Alain JOCARD - AFP

Selon des données de la société Linkfluence communiquées à BFMTV.com, la moitié des conversations en ligne aux Etats-Unis consacrées à la présidentielle française citent la candidate du FN.

C’est l’un des thèmes récurrents de la campagne présidentielle depuis des mois: le spectre d’une ingérence russe dans l’élection, via des hackers ou des sites d’information inféodés au Kremlin. Mais Moscou n’est peut-être pas le seul acteur (supposément) désireux d’influencer le scrutin français par le biais d’internet. Des internautes anglophones, américains notamment, cherchent également à peser sur le processus électoral.

C’est ce qu’a constaté la société française Linkfluence. Spécialisée dans l’analyse du web social et de l’e-réputation pour le compte de marques et de médias, elle scrute aussi depuis des années les conversations publiques 2.0 consacrées à la politique française. Pendant la campagne présidentielle, les logiciels de la start-up "moulinent" sans arrêt les millions de contenus publiés chaque jour sur le sujet par les internautes de 180 pays.

20% de contenus sur Le Pen en anglais

Une opération de big data qui a permis à Linkfluence de faire une trouvaille étonnante: parmi les 11 candidats à l’Elysée, Marine Le Pen est celle dont parlent le plus les internautes s’exprimant en anglais. C’est bien simple: 20% de tous les contenus en ligne (réseaux sociaux, forums, espaces de commentaires…) concernant la campagne de la cheffe du FN sont dans la langue de Shakespeare. Contre 5% en moyenne, soit une proportion quatre fois moindre, pour les autres candidats. Guilhem Fouetillou, co-fondateur de Linkfluence, relève:

"Même Emmanuel Macron, qui bénéficie pourtant d’une bonne couverture dans les médias anglo-saxons, ne génère pas un tel bruit numérique".

Certains faits et gestes de Marine Le Pen ont donné lieu à des avalanches de réflexions dans la twittosphère anglophone, a remarqué la société. Comme quand la leader frontiste a refusé de porter un voile pour rencontrer un responsable religieux lors de son déplacement au Liban: environ 40 000 conversations en une journée.

-
- © Linkfluence

Les pro-Trump en soutien

Autre donnée notable: sur un échantillon d’1,2 million de commentaires sur la présidentielle géolocalisés aux Etats-Unis depuis le 1er janvier, 50% citent Marine Le Pen (l’autre moitié concerne François Fillon, Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron et Benoît Hamon). Des commentaires qui témoignent d’un large soutien à l’eurodéputée, avec "trois fois plus de sentiments positifs que négatifs", selon Guilhem Fouetillou.

"La plupart de ces contributions viennent de comptes pro- Trump, déjà actifs pendant la campagne présidentielle américaine", souligne le dirigeant de Linkfluence.

Témoins, certains hashtags utilisés dans les verbatims analysés, comme #mfga (pour Make France Great Again), détournement du slogan de campagne de Donald Trump, Make America Great Again ("Rendre sa grandeur à l’Amérique"). Ou encore les états de provenance des messages étudiés, grands pourvoyeurs de voix au rival d’Hillary Clinton lors de l’élection de 2016: Texas, Oklahoma, Alabama, Dakota…

Guilhem Fouetillou voit même dans ces comptes pro-Le Pen la marque de "l’alt-right" américaine, cette idéologie d’extrême-droite dont le locataire de la Maison Blanche est accusé d'être proche par ses détracteurs.

"Sentiment de puissance"

Est-ce à dire que le web américain "vote" majoritairement Marine Le Pen? Evidemment non. "En nombre absolu et à l’échelle américaine, ces messages représentent une petite proportion d’internautes, explique Guilhem Fouetillou. Mais ce sont des gens très organisés, qui savent occuper le terrain numérique et gonfler ainsi l’audience de ceux pour qui ils militent".

De là à dire que ces voix d’Outre-Atlantique peuvent avoir un réel impact sur le vote des électeurs français, il y a un pas que le patron de Linfkuence ne franchit pas. Tout en admettant qu’elles représentent un "avantage" pour la présidente du Front national:

"Il y a toujours plusieurs déterminants dans une élection. Mais l’importance de ce bruit autour de Marine Le Pen permet de dynamiser sa campagne, d’alimenter sa couverture médiatique à l'étranger et participe de son sentiment de puissance".

Ghislain de Violet