BFMTV

À Bercy, Hamon doit faire mieux que Mélenchon

-

- - Philippe Lopez - AFP

Scotché à la quatrième place dans les sondages, Benoît Hamon va tenter ce dimanche de relancer sa campagne avec un grand meeting à Bercy, au lendemain de la démonstration de force de Jean-Luc Mélenchon à République.

Benoît Hamon joue gros ce dimanche. Le candidat socialiste à la présidentielle espère remplir Bercy pour l'un de ses grands meetings de campagne. Son équipe attend dès 13 heures près de 15.000 personnes dans cette salle du XIIe arrondissement de Paris, où François Hollande avait organisé son meeting d'entre-deux tours en 2012.

Objectif: rassembler et ne pas laisser Jean-Luc Mélenchon se vanter d'avoir rassemblé, selon ses chiffres, 130.000 personnes lors de sa marche pour la VIe République ce samedi. Devançant d'une courte tête le leader de "la France insoumise" dans les sondages, ce rendez-vous est l'occasion de reprendre ses distances.

Vallaud-Belkacem et Taubira présentes, pas Valls

Benoît Hamon pourra compter sur quelques invités de marque, comme la ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem. Une bonne partie du gouvernement devrait toutefois se faire excuser, comme lors de l'investiture du candidat.

Soutien très symbolique, Christiane Taubira répondra une nouvelle fois présente ce dimanche. Le candidat socialiste avait par ailleurs tenu des mots émouvants à son encontre lors de son intronisation à la Mutualité.

S'il s'était engagé en cas de défaite à soutenir le vainqueur de la primaire, Manuel Valls ne sera une nouvelle fois pas de la partie. Et pour cause: l'ex Premier ministre marque encore ses distances ce dimanche dans une tribune parue dans le JDD, où il répond aux accusations de "trahison" et éreinte le programme du candidat socialiste.

Marquer les esprits avec des "phrases chocs"

A Bercy, Benoît Hamon veut marquer les esprits. Il a besoin de relancer une campagne un peu poussive avec des salles souvent vides avec pour objectif, le plus gros meeting de cette campagne électorale.

Sur le fond, Benoît Hamon est attendu plus sur le régalien que sur les sujets de vie quotidienne, qui ont fait jusqu'à présent son succès. Il doit avoir des phrases chocs comme celle de François Hollande au Bourget et son "Mon ennemi, c'est la finance".

Pour la socialiste Jean-Marc Germain, "c'est le lancement de la dernière ligne droite" avant l'élection des 23 avril et 7 mai. Ce proche de Martine Aubry, interrogé par l'Agence France-Presse (AFP), mise aussi beaucoup sur le premier débat de la présidentielle, lundi, estimant que Benoît Hamon est "un débatteur hors pair, le meilleur" des cinq qui s'affronteront sur le plateau de TF1.

dossier :

Benoît Hamon

P. P. avec AFP, et le service politique de BFMTV