BFMTV

Marine Le Pen: "Bien sûr qu'il y a eu des discussions" entre le FN et Ménard

Robert Ménard en 2006.

Robert Ménard en 2006. - -

Robert Ménard, qui se présente aux élections municipales à Béziers, a annoncé jeudi qu'il recevait le "soutien du Front national" mais qu'il n'avait rien négocié. "Bien sûr qu'il y a eu des discussions avec le FN", répond Marine Le Pen.

Robert Ménard l'a annoncé jeudi matin sur France Bleu Hérault, le Front national ne présentera pas de liste aux municipales à Béziers et soutiendra sa candidature.

"Je reçois le soutien du Front national mais je n'ai rien négocié avec le FN. Le FN représente 20 à 25% des voix, vous pensez que tous ces électeurs sont des fachos. Sûrement pas", a déclaré l'ancien secrétaire général de l'association Reporters sans frontières (RSF).

Marine Le Pen s'est, elle, étonnée de ces déclarations. "Bien sûr qu'il y a eu des discussions avec le FN, et très approfondies. On n'accorde pas l'investiture à quelqu'un comme ça, ça ne tombe pas du ciel", a-t-elle ainsi affirmé.

Manque de leader local

La présidente du FN Marine Le Pen a également déclaré que Robert Ménard "peut être une candidature intéressante" et que la décision serait prise ce vendredi lors d'une commission d'investiture de son parti.

"Compte tenu du poids politique du FN à Béziers (25% à la présidentielle de 2012, ndlr), la place des candidats FN ou Rassemblement Bleu Marine sur sa liste devra être significative", a-t-elle encore ajouté.

De son côté, le vice-président du FN Florian Philippot, invité de BFMTV, a précisé que Robert Ménard n'était "pas un candidat du FN, mais un candidat issu de la société civile, soutenu notamment par le FN. Il n'y a pas de candidat Front national à Béziers", a-t-il précisé.

Le soutien du FN à Robert Ménard intervient alors que le parti de Marine Le Pen manque d'un leader local après que Guillaume Vouzellaud a décidé en septembre de prendre du recul.

M.R. avec AFP