BFMTV

Législatives: Allons enfants, ce parti dont les candidats ont entre 18 et 25 ans

Un rassemblement du parti politique Allons enfants le 14 mai 2017 place de la République à Paris, lors du lancement de la campagne des législatives.

Un rassemblement du parti politique Allons enfants le 14 mai 2017 place de la République à Paris, lors du lancement de la campagne des législatives. - Sacha Balti-Allons Enfants

Allons enfants, un parti fondé en 2014 qui compte deux élus municipaux, présente 58 candidats aux élections législatives des 11 et 18 juin prochains. Leur particularité: ils ont tous entre 18 et 25 ans.

"Prenez le parti de la jeunesse", scande la formation politique sur son site internet. Allons enfants, parti fondé en 2014 qui compte aujourd'hui 500 membre actifs et deux élus au conseil municipal de Saint-Cloud, dans les Hauts-de-Seine, va présenter 58 candidats dans 19 départements à l'occasion des élections législatives, dont le premier tour se tient dimanche prochain.

Son objectif: rajeunir l'Assemblée nationale, dont la moyenne d'âge est de 66 ans, alors que ce parti qui se veut pro-européen, "dans une ligne sociale-libérale", n'est représenté et dirigé que par des jeunes âgés de 18 à 25 ans. L'une de ses candidats passe le bac cette année.

"Au-delà du clivage droite-gauche"

"Nous nous définissons comme jeunes, transpartisans et participatifs", indique à BFMTV.com Pierre Cazeneuve, son président. "Nous voulons plus de jeunes en politique, lutter contre l'abstention et remettre la jeunesse dans le processus de décision. C'est ce qui nous permet d'aller au-delà du clivage droite-gauche."

Car la volonté de ce jeune homme de 22 ans, étudiant à Sciences po et à HEC, est bien de "transcender" cette division historique. Une ligne politique qui rappelle celle prônée par En Marche, fondé en 2016 par Emmanuel Macron. "On adore dire qu'il nous a piqué le concept", s'amuse Pierre Cazeneuve. 

"Notre intuition était bonne: les jeunes en ont marre de ce clivage. Ce qu'il faut, c'est remettre du bon sens dans la prise de décision et non s'ancrer dans une position idéologique. Mais nous, à la différence d'En Marche, on n'a pas créé notre parti dans l'objectif de mettre au pouvoir Emmanuel Macron et on va bien plus loin sur certains sujets."

Dans le programme d'Allons enfants: l'accueil d'un nombre plus important de réfugiés, l'ouverture de la PMA aux couples homosexuels, la reconnaissance du vote blanc, l'expérimentation du revenu universel, la création d'un dossier médical numérique, la constitution d'une armée européenne, l'objectif de 100% d'énergies renouvelables en 2050, et l'autorisation de l'euthanasie pour les malades incurables.

"Sur l'écologie ou les migrants, je ne vois pas cela comme un sujet de droite ou de gauche, ça n'a pas d'étiquette politique, cela semble impensable de passer outre. Oui, certaines idées peuvent être socialement marquées à gauche, tout comme la suppression des départements ou la mise en place d'un contrat unique peuvent être marquées à droite."

"100% participative et 100% transparente"

Pierre Cazeneuve assure avoir toujours eu envie de s'engager en politique mais ne s'être reconnu dans aucune formation. "La seule solution dans ce cas c'est de créer la sienne." L'histoire d'Allons enfants remonte aux dernières élections municipales. Pierre Cazeneuve, originaire de Saint-Cloud, recueille alors au second tour 15,5% des voix, "devant le PS et en sortant le Front national de sa ville historique, une belle victoire", rappelle le président du parti, également candidat dans la 7e circonscription de ce même département.

Le programme d'Allons enfants a été élaboré grâce à une plateforme participative, sur le modèle de celle qu'il a expérimentée à Saint-Cloud. "C'est la première ville de France où les habitants peuvent proposer et voter pour les délibérations du conseil municipal. On s'en est servi pour faire remonter des idées au niveau national." 

La campagne des législatives a été lancée le 14 mai dernier et a été financée grâce aux dons des internautes, à hauteur d'un peu plus de 17.000 euros. "Pour la première fois en France, un parti a financé sa campagne de manière 100% participative et 100% transparente", clame Allons enfants sur sa page Facebook.

Selon le président d'Allons enfants, ce qui doit primer dans son projet mais aussi plus généralement en politique, c'est une vision à long terme.

"Nous, on sera encore là dans soixante ans. La question est de savoir quelles sont les priorités", ajoute Pierre Cazeneuve. "Nous voulons représenter les intérêts de notre génération."

Céline Hussonnois-Alaya