BFMTV

Collomb appelle "les réformistes" à s'unir derrière Macron

Gérard Collomb sur le plateau de BFMTV.

Gérard Collomb sur le plateau de BFMTV. - Capture d'écran BFMTV

Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon, était l'invité de Jean-Baptiste Boursier pour BFM Politique ce dimanche. Ce proche d'Emmanuel Macron a prôné une alliance des "réformistes" derrière ce dernier et s'en est pris à Benoît Hamon et à son conseiller, le célèbre économiste Thomas Piketty.

Chaleureux avec le centre, dur avec la gauche, telle est l'attitude que le maire de Lyon (Rhône) a adoptée sur le plateau de BFMTV ce dimanche soir. Gérard Collomb était l'invité de BFM Politique, présenté par Jean-Baptiste Boursier.

Un appel du pied à François Bayrou...

Il s'est voulu optimiste quant à la perspective d'un ralliement de François Bayrou à Emmanuel Macron, candidat de son mouvement "En marche!" à la présidentielle:

"François Bayrou peut être capable d’évolution. Je pense que ça serait bien qu’à un moment donné les réformistes, que ceux qui veulent dépasser les clivages de notre société, puissent se retrouver."

Il a cependant tenu à indiquer qu'il n'émettait là qu'un voeu personnel et inspiré de son expérience d'élu: "C’est la phrase de Gérard Collomb, ce n'est pas celle d’Emmanuel Macron. Je sais, dans ma ville, que pour pouvoir réussir, on a rassemblé largement: des gens qui étaient proches du Parti communiste jusqu’à des gens qui étaient de centre-droit, voire de droite."

..un coup de griffe sur sa gauche

Mais cette volonté de bâtir un vaste consensus n'a pas empêché Gérard Collomb de critiquer la campagne des socialistes et de leurs alliés: "Le Parti socialiste, et en particulier son candidat qui représente la gauche du parti, vont être devant un choix crucial: 'Est-ce que finalement j’empêche Emmanuel Macron d’être au second tour et je laisse faire un duel entre François Fillon et Marine Le Pen ?' Et ça va être un choix un peu cornélien."

Ce dimanche sur notre antenne, l'économiste Thomas Piketty, soutien de Benoît Hamon, avait rappelé qu'Emmanuel Macron était un ancien banquier et assuré qu'il s'apprêtait "à faire de gros cadeaux aux banquiers", évoquant également de possibles pressions de financiers sur le candidat. Ces propos ont fait réagir le maire de Lyon: 

"Je trouve ces propos indignes de Thomas Piketty. Il est un économiste que j’apprécie pour l’ampleur de sa culture économique, mais dont je combats les idées. Je pense qu’elles sont totalement fausses. Il aurait mieux fait de dire en quoi le programme économique d’Emmanuel Macron était mauvais."

Un programme qui ne doit être publié que le 2 mars prochain.

Robin Verner