BFMTV

Carla Bruni assure que Nicolas Sarkozy ne reviendra pas en politique

Nicolas Sarkozy et Carla Bruni.

Nicolas Sarkozy et Carla Bruni. - ludovic MARIN / POOL / AFP

À l'approche de l'élection présidentielle de 2022, l'ancienne Première dame déclare que son mari n'envisage pas de retour en politique.

C'est la petite musique qui commence à se faire entendre à droite, à l'approche de l'élection présidentielle de 2022: et si Nicolas Sarkozy effectuait son retour en politique? Une éventualité que son épouse Carla Bruni balaye sans ménagement. Dans un entretien fleuve accordé à l'édition espagnole de Vanity Fair, la chanteuse et ancienne Première dame assure que l'ancien chef des Républicains a définitivement tourné la page:

"Mon mari ne retournera pas à la politique parce qu'il ne veut pas divorcer", plaisante-t-elle. "Il est très amoureux, et il devrait trouver quelqu'un d'autre que moi. Non, non, non, plus de politique, c'est fini! Non seulement à cause de moi, mais parce que mon mari, qui à mon avis a été le meilleur président que nous ayons eu depuis des années, n'a pas été réélu. Et c'est une démocratie, donc c'est fini. Non non non! Il ne va pas retourner à la politique", insiste-t-elle.

"Il est toujours tourné vers l'avenir", poursuit-elle. "Ce n'est pas un homme mélancolique ou nostalgique (...) C'est un homme d'action. Il a un nouvel emploi, mon mari est avocat et il travaille dur. Des gens du monde entier viennent à Paris pour lui demander conseil. Pour la première fois de sa vie, il gagne de l'argent, car comme vous le savez, les politiciens ne réussissent généralement pas très bien à cet égard (...) Nous ne voulons plus de politique. Il a eu une brillante carrière, il a débuté comme député, il a été maire pendant 20 ans, ministre, président... Et il a perdu les élections. Il est dans une autre étape de sa vie et il est heureux."

Dans le viseur de la justice

Nicolas Sarkozy avait déjà annoncé se consacrer pleinement à sa nouvelle vie. "J'ai tourné la page", avait-il notamment déclaré en novembre dernier sur BFMTV. La perspective d'une candidature en 2022 s'est encore éloignée le 1er mars dernier, lorsqu'il a été condamné par la justice à trois ans de prison, dont un ferme, pour corruption et trafic d'influence dans l'affaire dite des "écoutes". Son avocate a annoncé le jour-même qu'il allait faire appel. Il est également sous le coup de la justice dans l'affaire Bygmalion, pour laquelle il doit être jugé pour financement illégal de sa campagne de 2012. Dans ses déboires judiciaires, il peut compter sur le soutien de son épouse, qui le défend sur les réseaux sociaux:

"Je suis aussi amoureuse qu'au premier jour. Maintenant, il boxe dans un ring judiciaire. Et je suis à ses côtés. Pour l'encourager, lui donner mon amour, soigner ses blessures", déclare-t-elle à Vanity Fair.

Dans cet entretien, on apprend également que celle qui a sorti un album éponyme en 2020 envisage d'écrire ses mémoires, dans lesquelles elle reviendra entre autres sur son expérience de Première dame: "Ce fut un chapitre fantastique de ma vie. J'ai rencontré des personnes exceptionnelles, anonymes comme héroïques, en passant par Nelson Mandela. De cette femme qui aide les personnes dans le besoin, les enfants handicapés ou les malades du sida, à la reine d'Angleterre. Ou d'Espagne."

https://twitter.com/b_pierret Benjamin Pierret Journaliste culture et people BFMTV