BFMTV

Avant sa visite, Macron se définit comme "un enfant d'Amiens", mais dément vouloir en faire "son fief"

Emmanuel Macron à Epernay le 14 novembre dernier.

Emmanuel Macron à Epernay le 14 novembre dernier. - FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

Emmanuel Macron se rend jeudi et vendredi dans sa ville natale, Amiens, pour une visite de deux jours rythmée par une succession de rencontres qui s'annoncent délicates, des étudiants aux ex-employés de Whirlpool.

À la veille d'un séjour très symbolique de deux jours à Amiens, le chef de l'État a réitéré son attachement à sa ville natale dans un entretien au Courrier Picard, publié dans son édition de jeudi. Dans cet entretien, Emmanuel Macron répète son attachement à la capitale picarde, "une ville aux atouts extraordinaires (...) qui a raison de se battre" et qu'il veut voir réussir. 

"C’est toujours émouvant pour moi de retourner à Amiens où vivent des membres de ma famille", confie au journal le chef de l'État. "J’y ai mes souvenirs intimes d’enfance et d’adolescence. Jusqu’à seize ans je n’ai pas quitté Amiens. Il y a toujours un caractère très personnel, chargé d’émotions, de paysages, de souvenirs très précis".

En revendiquant la Picardie de son enfance, Emmanuel Macron tente de casser son image de "président déconnecté" des territoires qui lui colle à la peau depuis le début de son quinquennat.

Un séjour symbolique 

"Je suis Amiénois. Je suis un enfant d’Amiens. Et ça, on ne me l’enlève pas", revendique encore le chef de l'État. "On acquiert sa conscience politique quelque part."

Emmanuel Macron se défend cependant de vouloir faire d'Amiens "son fief", ou d'y bâtir un ancrage local. "Cela n’aurait pas de sens", lance-t-il.

"Mon parcours fait que je suis devenu président de la République avant d’avoir un ancrage politique local. Certains m’en font suffisamment le reproche. Je suis le président de tous les Français. J’ai une partie de mon cœur et de mon attachement à Amiens. Je veux que cette ville réussisse. Je ferai tout pour aider celles et ceux qui y portent des projets. Mais je ne vais pas, à mon niveau, y mener le combat politique, ce n’est pas mon rôle", assure encore le chef de l'État au quotidien régional.

Emmanuel Macron est à Amiens, sa ville natale, à partir de jeudi pour une visite de deux jours rythmée par une succession de rendez-vous qui s'annoncent délicates, des étudiants aux ex-employés de Whirlpool, qu'il avait déjà rencontrés à deux reprises, dans l'entre-deux tours de la présidentielle, et après son accession à l'Elysée.

Jeanne Bulant