BFMTV

Antiterrorisme: Ciotti cite sur Twitter les centres de rétention israéliens, Urvoas réplique

Jean-Jacques Urvoas, le ministre de la Justice, n'a pas apprécié qu'Eric Ciotti, actuellement en voyage en Israël, fasse sur Twitter la publicité des centres de rétention israéliens.

Jean-Jacques Urvoas, le ministre de la Justice, n'a pas apprécié qu'Eric Ciotti, actuellement en voyage en Israël, fasse sur Twitter la publicité des centres de rétention israéliens. - Alain Jocard - AFP

En visite en Israël, Eric Ciotti veut s'inspirer des mesures de sécurité locales. Mardi matin sur Twitter, le député Les Républicains (LR) a loué l'efficacité des centres de rétention israéliens, photo à l'appui, ce qui n'a pas plu à Jean-Jacques Urvoas. Le ministre de la Justice a aussitôt répliqué.

Si, pour Eric Ciotti, les centres de rétention israéliens sont des exemples à suivre en matière de lutte antiterroriste, Jean-Jacques Urvoas ne partage pas cet avis. D’après l'élu LR, en visite en Israël au côté de Guillaume Larrivé, lui aussi député LR, ces centres de rétention administrative permettent "de lutter efficacement contre le terrorisme". 

A la vue de ce tweet posté mardi matin, Jean-Jacques Urvoas a aussitôt réagi, engageant une passe d'armes publique sur Twitter. Pour le garde des Sceaux, ces centres sont au contraire loin d'être des exemples en matière de respect du droit. D'après Jean-Jacques Urvoas les "informations justifiant la détention ne sont communiquées ni au détenu ni à son avocat", dans ces centres israéliens.

Ciotti moque la "naïveté" du gouvernement

Le débat se poursuit entre le garde des Sceaux et Ariel Goldmann, le président de la Fondation du judaïsme français, qui s'est invité dans la conversation et a pris le parti d'Eric Ciotti. Jean-Jacques Urvoas l'invite à consulter "le bilan des attentats sur l'ambassade d'Israël". Depuis le 13 septembre 2015, 40 personnes ont été tuées en Israël dans des attaques terroristes. 

Pour Jean-Jacques Urvoas, le débat est alors clos. Mais Eric Ciotti surenchérit en évoquant la "naïveté" du gouvernement. Guillaume Larrivé évoque quant à lui un exemple "de résilience antiterroriste" et assure qu'Israël "connaît la force du droit".

S'inspirer d'Israël pour lutter contre le terrorisme, l'idée a déjà traversé l'esprit de certains élus LR comme Christian Estrosi et Georges Fenech, en visite dans l'Etat hébreu en début d'année. 

L'enfermement, une solution déjà formulée à droite

Dans une tribune publiée par Le Monde en 2013, Gavan Kelly de l'ONG de défense des prisonniers palestiniens Addameer, dénonçait l'usage "politique" de la détention administrative par Israël. Il assurait: "Depuis des dizaines d'années, des milliers de Palestiniens ont été emprisonnés en tant que détenus administratifs, sans qu'aucun d'entre eux ne soit informé de la raison de son emprisonnement". Gavan Kelly évoquait des détentions de plusieurs années allant jusqu'à "plus de 6 ans", "sans inculpation, ni procès". 

Depuis les attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, puis ceux de Magnanville, Nice et Saint-Etienne-du-Rouvray, la droite propose régulièrement d'enfermer préventivement les fichés S. Une mesure anticonstitutionnelle mais qui mériterait de "changer le droit", comme l'évoquait Laurent Wauquiez. 

Mélanie Longuet