BFMTV

Attentat de Nice: la droite s'en prend à "l'Etat de droit" et à la Constitution

Plusieurs élus de droite en appellent à la fin de l'état de droit.

Plusieurs élus de droite en appellent à la fin de l'état de droit. - AFP - Montage BFMTV

Alors que les députés viennent de prolonger de six mois l'état d'urgence, la droite juge la mesure insuffisante. Plusieurs députés en appellent à la fin de l'Etat de droit.

Depuis l'attentat de Nice, qui a fait 84 morts le soir du 14 juillet, les ténors des Républicains et de l'extrême-droite expriment à l'unisson leur volonté d'en finir avec la demi-mesure. Laurent Wauquiez l'a dit mardi soir à l'Assemblée nationale, il faut "changer le droit". Pour le député LR, plus question de se soucier des libertés individuelles lorsqu'il s'agit de lutter contre le terrorisme.

"Vous invoquez les libertés personnelles des terroristes, nous disons: il n'y a pas de liberté pour les ennemis de la République".

L'occasion pour Laurent Wauquiez de rappeler sa volonté d'enfermer préventivement tous les individus fichés S, afin de les empêcher d'agir, et ce, quelle que soit l'inconstitutionnalité de la mesure. 

Même son de cloche chez Jacques Bompard, député d'extrême-droite, qui a appelé Manuel Valls à "faire sauter l'Etat de droit" qui, selon lui, "étouffe la liberté".

Une position partagée par le député du Sud Eric Ciotti. Interrogé sur les mesures proposées par Les Républicains et leur conformité avec l'Etat de droit, Eric Ciotti a vivement interpellé une journaliste, jugeant que "les morts de Nice n'en parlent plus de l'Etat de droit".

La "sacro-sainte Constitution"

De son côté, David Douillet, député LR des Yvelines, en appelle lui à passer outre la Constitution de la Vème République. 

"La gauche refuse nos amendements en se réfugiant derrière cette sacro-sainte Constitution" a déclaré l'élu sur France Inter mercredi matin.

Au vu des propositions des élus de droite, la Constitution devrait en effet être modifiée pour permettre l'instauration de mesures d'enfermement préventif par exemple. Une solution qu'a également émise Georges Fenech (LR), rapporteur de la commission d'enquête sur les attentats du 13 novembre. Dans Valeurs Actuelles, il a demandé la création d'un "Guantanamo à la française".

Paul Aveline