BFMTV

Affaire Fillon: pour Georges Fenech, la primaire est "caduque"

Georges Fenech

Georges Fenech - BFMTV

Pour le député Les Républicains, qui se dit soutenu par de nombreux autres élus, il est nécessaire de tourner la page Fillon. Et ce sans attendre la justice.

Il est le premier à appeler publiquement à remplacer François Fillon, pris dans l'épreuve des révélations du Canard Enchaîné sur l'activité réelle de son épouse Penelope en tant qu'attachée parlementaire : "Nous ne pouvons pas continuer avec un candidat en extrême difficulté" a ainsi estimé le député LR Georges Fenech, ce mercredi sur BFMTV.

"Nous ne pouvons pas, une famille politique comme la nôtre, se soumettre à une décision d’un juge ou d’un procureur d’ici 15 jours pour savoir si François Fillon doit porter nos couleurs ou pas (…) Nous devons prendre une décision dans l’urgence", a ainsi expliqué l'élu.

Georges Fenech ne voit pas d'autres alternatives. Et pour lui, les résultats de la campagne des primaires ne tiennent plus :

"Je considère que les événements qui viennent de se produire rendent caduque l’élection primaire. C’est difficile à dire mais - compte tenu du contexte actuel où les Français attendent un véritable changement dans notre pays - nous sommes un peu comme l’orchestre du Titanic : nous sommes en train de couler (...) Le temps joue contre nous, c’est une course contre la montre. Nous devons nous ressaisir et décider ce que nous devons faire"

Le député dit s'exprimer au nom de nombreux parlementaires :

"Tous ceux que je vois, tous ceux que je rencontre me disent à l’unanimité que j’ai eu raison de parler ainsi. Ça m’est difficile parce que j’ai énormément d’amitié et de respect pour François Fillon, mais j’ai encore plus de respect pour notre pays et pour l’intérêt national."

Quid de celui qui pourrait devenir le prochain candidat de la droite et du centre. Georges Fenech n'a pas donné sa préférence. Mais pour lui, "pour qu’un candidat puisse porter nos couleurs il faut qu’il soit légitimé par notre famille politique", écartant par la même occasion la tenue de nouvelles primaires.

Cédric Cousseau