BFMTV

À gauche, un niveau d'indécision record

Pendant que Benoît Hamon oscille autour de 10% dans les sondages, près de la moitié de ses électeurs potentiels sont encore indécis à onze jour du premier tour.

Vote utile ? Vote de cœur ? Vote de fidélité ? À onze jours du premier tour, le nombre d'électeurs de gauche encore indécis se situe encore à un niveau record dans une élection présidentielle.

"Seuls 54 % des électeurs potentiels de Benoît Hamon se disent sûrs de leur choix", explique sur notre antenne le directeur des études politiques Yves-Marie Cann, "ça veut dire que près d’un sur deux peuvent encore changer d’avis, d’abord pour Jean-Luc Mélenchon, ensuite pour Emmanuel Macron".

"On l'a vu depuis plusieurs semaines, il y a une volatilité des électeurs", continue Yves-Marie Cann. Avec, cependant, un "fait majeur" selon le sondeur: "une tendance au 'tout sauf les représentants des partis de gouvernement qui est en train de se mettre en place".

Son score dans les sondages disqualifiant l'idée d'un vote utile en faveur de Benoît Hamon, ce sont les électeurs socialistes qui constituent sans surprise le gros des troupes des indécis. L'incertitude de cet électorat reflète la fracture idéologique, qui est allée croissante au fil du quinquennat de François Hollande, séparant le vote anti-libéral incarné par Jean-Luc Mélenchon et la ligne sociale-démocrate du président de la République, dont Emmanuel Macron peine à ne pas apparaître comme le continuateur. 

Échec du rassemblement

Benoît Hamon, pris en tenaille entre la France insoumise et En Marche!, n'est pas parvenu, pour des raisons tactiques - la perte de temps dans la négociation d'un impossible accord avec Jean-Luc Mélenchon - et des causes politiques - la difficulté de porter un discours de rassemblement après des années de fronde socialiste - à rassembler la gauche sur son nom.

La percée de Jean-Luc Mélenchon dans les sondages laisse à penser que l'argument de l'union de la gauche, naguère brandit par les partisans de Benoît Hamon pour exiger le retrait de Jean-Luc Mélenchon, pourrait se retourner contre le candidat socialiste dans les urnes.

Invité de la matinale de LCI, le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, Alexis Corbière, a mis la pression sur Benoît Hamon. Compte tenu de la dynamique du candidat de la France insoumise, il l’invite à "ne pas être un obstacle à la volonté populaire qui monte". "Si le fait qu'il maintienne sa candidature empêche Jean-Luc Mélenchon d'être au second tour, je pense que Benoît Hamon intérieurement le vivra mal..", a déclaré Alexis Corbière. 

Louis Nadau