BFMTV

A Budapest, Nicolas Sarkozy prend la défense de son "ami Viktor Orban"

Nicolas Sarkozy, lors d'un meeting en 2015 (photo d'illustration)

Nicolas Sarkozy, lors d'un meeting en 2015 (photo d'illustration) - Kenzo Tribouillard - AFP

Nicolas Sarkozy a pris samedi à Budapest la défense de son "ami" Viktor Orban et plaidé pour le "rassemblement" et le "compromis" au sein de l'Union européenne, alors que le Fidesz, parti du Premier ministre hongrois, a été suspendu mercredi par le Parti populaire européen.

Lors d'un colloque sur les migrations, Nicolas Sarkozy n'a pas hésité à exprimer son amitié pour la Hongrie et pour son dirigeant Viktor Orban. Depuis Budapest, l'ancien chef de l'Etat a lancé à la tribune: "La Hongrie, c'est le pays de mon père. C'est un grand pays. Un pays qui est fort de son Histoire". "La Hongrie est profondément européenne par son histoire, sa culture, ses valeurs. Et la Hongrie, c'est un grand pays démocratique", a-t-il poursuivi. 

"Et moi Viktor, quelqu'un qui est capable de gagner les élections trois fois de suite, dans une époque aussi instable et difficile, pour moi ça force le respect. Tu as fait ce que je n'ai pas été capable de faire. C'est peut-être ça qu'on te reproche, d'avoir gagné. Mais moi j'aime bien avoir des amis qui gagnent. Je ne veux pas avoir que des amis qui perdent", a-t-il précisé.

Le Fidesz écarté par le PPE

C'est un soutien qui intervient à un moment important pour Viktor Orban et son parti le Fidesz. En effet, le PPE, la droite européenne, a suspendu le parti pour une durée indéterminée. La droite européenne se divise depuis des mois sur le cas de Viktor Orban, ses campagnes anti-Bruxelles et certains aspects de sa politique jugés attentatoires aux libertés publiques.

"Pour moi, à la base de l'Europe, il y a deux choses importantes: d'abord le rassemblement. Sans rassemblement, l'Europe n'existe pas". "Et il y a une deuxième chose --peut-être que ça va faire débat ici--: c'est le compromis. Parce que sans compromis, l'Europe ne fonctionne pas. Nos différences nous obligent", a également déclaré Nicolas Sarkozy.

"La crise migratoire n'a pas commencé, nous n'avons rien vu"

A deux mois des élections européennes, Nicolas Sarkozy a évoqué trois priorités, à commencer par "un gigantesque plan de développement de l'Afrique". Car "la crise migratoire n'a pas commencé, nous n'avons rien vu".

Il plaide ensuite pour une harmonisation européenne des "allocations applicables aux étrangers". Et troisièmement, pour un "un gouvernement politique pour gérer la politique d'immigration européenne", "constitué des ministres de l'Intérieur qui éliront en leur sein un président".

Après avoir rappelé son opposition à l'admission de la Turquie, Nicolas Sarkozy a ajouté qu'il n'avait "pas le même discours pour les Balkans, qui sont en Europe. Et il me semblera très difficile à l'avenir d'avoir quelques pays des Balkans en Europe et d'autres qui ne le sont pas". En France, Les Républicains s'opposent à tout nouvel élargissement.

dossier :

Nicolas Sarkozy

Ivan Valerio, avec AFP