BFMTV

Un député LR révèle qu'Alexandre Benalla avait un badge d'accès à l'Assemblée nationale

Un député Les Républicains a révélé ce samedi devant l'Hémicycle qu'Alexandre Benalla était doté d'un badge d'accès "H", le plus haut niveau, à l'Assemblée nationale. Une révélation qui a provoqué une suspension de séance.

Les députés Les Républicains ont demandé des explications ce samedi sur l'existence d'un badge de l'Assemblée, qui permettait à Alexandre Benalla d'accéder à l'hémicycle, peu après la reprise des échanges au Palais Bourbon, toujours aussi chaotiques.

Cet après-midi, c'est le député Les Républicains des Côtes-d'Armor Marc Le Fur qui s'est étonné de l'existence d'un tel badge, provoquant une nouvelle suspension de séance dans l'Hémicycle. Un document que l'un des vice-présidents de l'Assemblée a également partagé sur notre antenne:

Seul "un certain nombre de gens, très peu nombreux et très privilégiés, peuvent accéder à l'Assemblée en plus des députés. Ce sont normalement les très hauts-fonctionnaires. Curieusement M. Benalla avait un accès privilégié à l'Assemblée, il avait un badge de plus haut niveau. L'équivalent du badge du directeur de cabinet du président de l'Assemblée" a constaté Marc Le Fur.

L'élu Les Républicains explique la nature du badge, "H", pose problème. Elle signifie que le collaborateur d'Emmanuel Macron avait accès au "périmètre sacré" du Palais Bourbon, comme les élus l'appellent.

Marc Le Fur, député LR, à l'Assemblée nationale ce samedi.
Marc Le Fur, député LR, à l'Assemblée nationale ce samedi. © BFMTV

"Ça veut dire quoi?"

Si l'élu des Côtes-d'Armor a bien admis que le badge avait "heureusement" été retiré à Alexandre Benalla ce vendredi, il s'interroge néanmoins sur les raisons de cet accès privilégié.

"Ça veut dire quoi? Ça veut dire que cette demande lui a été accordée en juillet de l'année dernière. À la demande de qui? De quelle autorité élyséenne? Je veux le savoir. Pourquoi faire? (...) Et j'insiste sur une chose, normalement ces badges ne sont attribués qu'à des collaborateurs officiels. (...) Cela veut-il dire qu'il exerçait des responsabilités politiques? Nous sommes devant quelque chose qui n'est pas un fait-divers mais qui est la révélation d'un système" a-t-il poursuivi, indigné. 

"Nul besoin de fantasmer" pour Rugy

Appelant à ne "pas créer des polémiques inutiles", le président de l'Assemblée nationale François de Rugy (LaREM) s'est défendu en déclarant qu'il existe "plusieurs milliers de badges pour des députés, fonctionnaires, collaborateurs, et un certain nombre de collaborateurs de l'exécutif, de ministres, dont du président de la République", et qu'"il en a toujours été ainsi".

"Un certain nombre de badges sont attribués par la voie administrative", "cela ne passe ni par mon biais ni par celui des questeurs", a-t-il ajouté, jugeant qu'il n'y a "nul besoin de fantasmer".

François de Rugy a évoqué le chiffre d'"une demi-douzaine pour le cabinet du président de la République" et a affirmé que "le badge a été immédiatement désactivé quand Alexandre Benalla s'est vu retirer les fonctions qu'il avait à la présidence de la République".

Ne désarmant pas, le patron des députés LR Christian Jacob a lancé un peu plus tard: "On apprend que ce barbouze, qui ne figure pas au JO, vient ici avec un badge H, qu'il peut entrer dans l'hémicycle. Au nom de quelle fonction, de la sécurité du président de la République?"

Le chef du parti socialiste Olivier Faure s'est à son tour indigné sur Twitter, relevant qu'Alexandre Benalla faisait manifestement parti des deux chefs de cabinet de la présidence de la République autorisés à détenir ces badges d'accès à l'Assemblée nationale.

Jeanne Bulant