BFMTV

Utilisée en Syrie ou en Europe, "la mère de Satan" est l'explosif préféré de Daesh

Brahim Abdeslam portait une ceinture de TATP pour se faire exploser au Comptoir Voltaire.

Brahim Abdeslam portait une ceinture de TATP pour se faire exploser au Comptoir Voltaire. - Kenzo Tribouillard - AFP

Comme lors des attentats du 13 novembre, les enquêteurs belges estiment que les terroristes de Bruxelles ont utilisé du TATP, un mélange explosif à partir de produits facilement trouvables dans le commerce.

De l'acétone, de l'eau oxygénée et de l'acide. Séparées, ces trois substances présentent un danger limité. Mais savamment mélangées, elles forment la "mère de Satan" pour les terroristes, plus connu sous le nom de TATP. Ce type d'explosif est utilisé sur les champs de bataille en Syrie mais aussi par Daesh pour commettre ses attaques en Europe.

Après le Stade de France et le Bataclan, du TATP, une poudre blanche discrète, a été retrouvé sur les lieux des attaques à Bruxelles. Lors des perquisitions dans la capitale belge, ce sont "quinze kilos d'explosif de type TATP, 150 litres d'acétone, 30 litres d'eau oxygénée, des détonateurs, une valise remplie de clous et de vis" qui ont été découverts, a révélé le parquet fédéral belge, mercredi. Des explosifs en quantité et surtout de quoi en fabriquer encore. 

"Le principal problème que nous pose le TATP", confie à l'AFP un membre des services français antiterroristes, qui demande à rester anonyme, "c'est la disponibilité des ingrédients. On peut surveiller les ventes d'eau oxygénée, d'ailleurs on le fait bien sûr, mais si les gars sont assez malins pour faire vingt pharmacies et acheter de petites quantités, ça passe. Pareil pour l'acétone et l'acide..."

Daesh se fournit en grande quantité

Découvert à la fin du XIXe siècle par un chimiste allemand, le peroxyde d'acétone, en anglais triacetone triperoxide (TATP), est obtenu en mélangeant, dans des proportions précises, de l'acétone, de l'eau oxygénée et un acide (sulfurique, chlorhydrique ou nitrique). Des produits tous disponibles assez aisément dans le commerce, comme le prouve le parcours de Salah Abdeslam qui s'était procuré 15 litres d'eau oxygénée à Beauvais.

Dans un rapport publié en février, l'ONG Conflict Armament Research avait également mis en évidence que Daesh réussissait à se fournir aisément en acétone, eau oxygénée et acide via notamment des pays européens. L'organisation a mis à jour, après une enquête de vingt mois, un réseau de 51 sociétés, basées dans vingt pays, dont la Turquie, la Russie mais aussi la Belgique et les Etats-Unis, fournissant au groupe terroriste les composants nécessaires à la fabrication semi-industrielle d'explosifs artisanaux.

"Facilité déconcertante"

Daesh a également réussi à surmonter une autre condition à la fabrication en quantité de TATP: la méthode. "Contrairement à ce qu'on dit parfois, regarder un tutoriel sur internet ne suffit pas", assure à l'AFP Eric, un ancien officier du Génie, spécialiste des explosifs.

"Il faut quand même que quelqu'un vous ait montré une fois. Mais des instructeurs, les gars de l'Etat islamique n'en manquent pas, en Syrie et en Irak. Puis ça se diffuse de cours pratique en cours pratique. Quand on vous a montré, vous pouvez effectivement le faire dans votre cuisine".

Reste alors à se procurer des détonateurs, comme l'avait fait, encore une fois, Salah Abdeslam dans le Val-d'Oise où il avait fourni son permis de conduire pour s'en procurer. Le détonateur peut être fabriqué, à l'aide d'un fin tube métallique rempli de pâte et relié à deux fils électriques qui, mis en contact, vont provoquer un arc électrique puis une flamme. 

Et le résultat est malheureusement lourd en conséquences: "Lors d'un stage, on a passé l'après-midi à fabriquer des explosifs artisanaux, notamment du TATP, ensuite testés. C'est d'une facilité déconcertante", déplore un membre des services français antiterroristes.

"En une demi-heure, on avait fabriqué l'explosif, une demi-heure après on le faisait péter. Et ça a pété fort", conclut-il.

J.C. avec AFP