BFMTV

Hommage national: "Nice et la France entière pleurent les 86 victimes"

La Nation a rendu hommage, ce samedi à Nice, aux victimes du 14 juillet, trois mois après l'attentat qui a coûté la vie à 86 personnes, en blessant plusieurs centaines d'autres. Cindy Pellegrini, dont six membres de sa famille ont été fauchés ce soir là, a lu un vibrant hommage.

L'heure est au recueillement et à l'émotion à Nice. Un hommage national est rendu ce samedi aux victimes en présence de François Hollande, trois mois après l'attentat qui a fait 86 morts sur la Promenade des Anglais.

2000 familles endeuillées présentes

La cérémonie a débuté à 11 heures en présence du chef de l'Etat mais aussi des membres du gouvernement, des élus, des délégations étrangères, 200 familles endeuillées, plus 1.000 victimes et personnes choquées invitées sur la Colline du Château qui s'élève en bord de mer près du Vieux-Nice.

Avant que le chanteur Julien Clerc ne prête sa voix aux disparus tout comme le choeur des enfants de l'Opéra de Nice, Cindy Pellegrini qui a perdu six membres de sa familles dans l'attentat de Nice, a pris la parole et lu un texte.

"En ce 14 juillet 2016, vous vouliez simplement admirer le ciel et pas le rejoindre" "Aujourd'hui, Nice et la France entière pleurent les 86 victimes" "Nous, familles de victimes, espérons les faire revivre grâce à vous tous ici"

86 roses pour 86 victimes

Les noms des 86 victimes décédées, dont près d'un tiers de personnes musulmanes, ont ensuite été énumérés et une rose déposée pour chacune d'entre elles. Quinze enfants ou adolescents sont morts le 14 juillet, et 98 ont été blessés. Quinze blessés sont, quant à eux, toujours hospitalisés en France et à l'étranger. 

François Hollande s'est ensuite exprimé, estimant notamment que "ce qui a été frappé le 14 juillet, c'est l'unité nationale" tout en assurant cependant que "cette entreprise maléfique échouera[it]".

La cérémonie se tient alors que du côté judiciaire, l'enquête sur l'attentat se poursuit. Elle a établi son auteur, Mohamed Lahouaiej Bouhlel, un Tunisien installé à Nice depuis plus de dix ans, avait loué un lourd camion et repéré les lieux les jours précédents. A ce stade, les enquêteurs n'ont pas établi ses liens directs avec le groupe Daesh qui a revendiqué l'attentat.

A.C. avec AFP