BFMTV

Attentat de Nice: "Ce qui a été frappé le 14 juillet c'est l'unité nationale", déclare Hollande

François Hollande a rendu hommage ce samedi à Nice aux victimes des attentats en présence de plus d'un millier de victimes et de proches, de politiques, au cours d'une cérémonie qui se déroule sur la colline du Château.

Après la lecture poignante de Cindy Pellegrini, une proche de victimes, François Hollande a à son tour pris la parole, ce samedi, à l'occasion de la cérémonie d'hommage aux victimes de l'attentat de Nice.

"Cette entreprise maléfique échouera"

Il a tout d'abord tenu à saluer "avec émotion les familles qui ont été frappées dans leur coeur et leur chair" le 14 juillet dernier qui devait pourtant être "une joie" et qui fut finalement "un enfer."

"Ce qui a été frappé le 14 juillet, c'est l'unité nationale", a estimé ce samedi le chef de l'Etat, assurant cependant que "cette entreprise maléfique échouera[it]".

"C'est la visée monstrueuse qu'ont les terroristes" mais "non, je vous dis non, cette entreprise maléfique échouera, l'unité, la liberté, l'humanité, au bout du compte prévaudront", a-t-il déclaré.

Détermination dans la lutte contre le terrorisme

François Hollande s'exprimait devant les familles de victimes, des membres du gouvernement et de nombreux responsables politiques parmi lesquels Nicolas Sarkozy, Alain Juppé ou Marine Le Pen.

"Les victimes de cette barbarie n'avaient pas toutes la même origine, pas toutes le même parcours, pas toutes la même couleur de peau, pas toutes la même religion mais elles sont unies aujourd'hui par le malheur", a encore relevé le chef de l'Etat. Il était "admirable", a-t-il encore souligné, que "partout des prières se sont élevées, dans toutes les églises, dans toutes les mosquées, dans toutes les synagogues de Nice".

Le Président a également assuré lors de son discours que "nous devons connaître toute la vérité sur ce qui s'est passé" le jour du drame, avant d'affirmer "la détermination sans faille pour lutter contre le terrorisme".

la rédaction avec AFP