BFMTV

Attentat à Nice: la longue identification des victimes

La médecine légale, sur la Promenade des Anglais, évacue les corps un à un après l'attentat meurtrier qui s'est produit le 14 juillet 2016.

La médecine légale, sur la Promenade des Anglais, évacue les corps un à un après l'attentat meurtrier qui s'est produit le 14 juillet 2016. - Boris Horvat - AFP

Le bilan est lourd et l'identification prendra du temps. Deux procédures simultanées sont en cours: l'une, vise à établir l'identité des victimes et l'autre, les causes de la mort.

Le 17 juillet, les services du procureur de la République ont donné un point précis du bilan des victimes de l'attentat perpétré jeudi au soir du 14-Juillet.

Il est le suivant:

84 personnes décédées,

49 blessés en urgence absolue, dont 29 en réanimation, avec pronostic vital engagé pour 18 d’entre eux (dont un enfant a précisé Marisol Touraine),

207 blessés en urgence relative.

Le communiqué détaille ensuite deux procédures immédiatement mises en place après "la commission des faits": "un processus d’identification et un processus médico-légal". Ce dernier cherche à élucider les causes de la mort alors que le premier "vise à établir de manière certaine l'identité des personnes décédées".

  • 35 corps "formellement identifiés"

Le processus d'identification a déjà donné de premiers résultats: "35 victimes décédées ont été formellement identifiées à ce jour" par la commission ad hoc mise en œuvre par le parquet de Paris compétent en matière terroriste. 

Il est précisé par le parquet de Paris que le but est de réaliser ces opérations "dans les meilleurs délais".

Les 84 corps déjà examinés

Quant aux "causes et circonstances" des décès explorées dans le processus médico-légal, il est précisé que les opérations suivantes ont été réalisées: "imagerie, scanner et examen externe des corps de toutes les victimes, puis, pour les victimes décédées à l’hôpital et celles pour lesquelles les causes du décès sont apparues complexes pour les médecins légistes, autopsie." Ainsi ,"13 autopsies ont été requises". 

Ces opérations ont été confiées à l’Institut médico-légal de Nice, assisté de "8 médecins légistes de l’IML de Nice et 17 médecins légistes extérieurs provenant des IML de Grenoble, Marseille, Montpellier, Lille et Nîmes".

Ce n'est qu'à l'issue de ces deux processus que les "corps peuvent être présentés aux familles, si elles le souhaitent". Les certificats de décès et permis d'inhumer seront délivrés dans la foulée, est-il indiqué, alors que les services d'état civil avaient été ouverts spécialement dimanche afin d'accélérer les procédures.

D. N.