BFMTV

Qui est Eric Drouet, figure controversée du mouvement des gilets jaunes?

Eric Drouet est interpellé mercredi soir

Eric Drouet est interpellé mercredi soir - BFMTV

Placé sous contrôle judiciaire le 23 décembre dernier, Eric Drouet, l'un des initiateurs du mouvement des gilets jaunes, a de nouveau été interpellé mercredi 2 janvier à Paris alors qu'il participait à un rassemblement non autorisé par la préfecture.

"Si vous arrivez devant l'Elysée, vous faites quoi?" ; "On rentre dedans". Le 5 décembre dernier, invité sur le plateau de BFMTV, Eric Drouet, présenté comme l'un des initiateurs du mouvement des gilets jaunes, joue la carte de la provocation. Des propos qui poussent le parquet de Paris à ouvrir une enquête pour "provocation à la commission d'un crime".

Agé de 33 ans et résidant à Melun, en Seine-et-Marne, le chauffeur routier devient rapidement l'un des visages les plus médiatisés de la contestation. Après avoir appelé au blocage le 17 novembre dernier pour protester contre la hausse des taxes sur les carburants, il ne rate pas une manifestation sur les Champs-Elysées à Paris. Très actif sur les réseaux sociaux, Eric Drouet multiplie les prises de parole à travers ses Facebook Live, notamment diffusés sur le groupe La France en colère !!!, qui rassemble aujourd'hui près de 300.000 membres.

Entre méfiance et fascination

Désigné parmi les huit porte-paroles du mouvement des gilets jaunes, Eric Drouet est invité à deux reprises par l'exécutif à transmettre son cahier de doléances. Reçu par François de Rugy fin novembre au ministère de la Transition écologique, il refuse toutefois la main tendue du Premier ministre Edouard Philippe. Car "aucune délégation n'a encore le rôle de représenter les gilets jaunes", explique-t-il alors sur Facebook.

Encensé par Jean-Luc Mélenchon qui a exprimé sur Facebook le 31 décembre sa "fascination" à l'égard de celui qu'il compare au révolutionnaire Jean-Baptiste Drouet, le jeune chauffeur routier n'attire toutefois pas la sympathie de toute la gauche. Alors que le sénateur PS Rachid Temal évoque un "personnage sulfureux" dans Le Figaro, Benoît Hamon a quant à lui critiqué l'orientation politique du gilet jaune. 

"Je m’intéresse au mouvement social mais je ne suis pas fasciné par quelqu’un qui assume d’avoir voté aux deux tours pour Marine Le Pen", a déclaré mercredi 2 janvier sur RTL l'ancien ministre socialiste.

Des accusations erronées selon le principal intéressé, qui a assuré sur Facebook qu'il n'avait pas "voté FN", quelques heures avant d'être arrêté dans les rues de Paris.

Interpellé à deux reprises

Le 22 décembre dernier, lors de la sixième journée de la mobilisation, Eric Drouet, qui portait un long bâton en bois, a été interpellé aux abords de la place de la Madeleine. Placé en garde à vue, il a été libéré le lendemain et placé sous contrôle judiciaire pour "port d'arme prohibé de catégorie D" et "participation à un groupement formé en vue de violences ou de dégradations".

Mais cette première arrestation n'a pas freiné pas le jeune chauffeur routier. Mercredi 3 janvier, Eric Drouet a de nouveau été interpellé pour "manifestation non déclarée" alors qu'il avait lancé un appel à un rassemblement aux abords des Champs-Elysées, sur les réseaux sociaux dans l'après-midi. Il risque six mois de prison et 7.500 euros d'amende.

Mélanie Rostagnat