BFMTV

Procès Agnelet: un dernier jour sous haute tension

Maurice Agnelet, le 10 avril 2014.

Maurice Agnelet, le 10 avril 2014. - -

Vingt ans de réclusion ont été requis jeudi à l'encontre de Maurice Agnelet pour l'assassinat de la jeune héritière Agnès Le Roux, en 1977, au terme de quatre semaines d'audience devant la cour d'assises de Rennes. Cette dernière semaine a été marquée par un coup de théâtre venu renforcer la thèse du meurtre.

Le verdict dans l'affaire Agnelet est désormais entre les mains des jurés, qui vont mettre fin à une affaire vieille de 36 ans. Ce vendredi, Maurice Agnelet, jugé pour l'assassinat de sa maîtresse, Agnès Le Roux, en 1977, sera fixé sur son sort, après quatre semaines de procès devant la cour d'assises d'Ille-et-Villaine. Un procès marqué par un coup de théâtre, cette semaine, avec les révélations inattendues de son fils, Guillaume, qui l'accuse du crime. Jeudi, l'avocat général a requis vingt ans de réclusion contre Maurice Agnelet.

"On a envie que sa culpabilité soit reconnue"

Maurice Agnelet est-il coupable et a-t-il agi avec préméditation? La famille d'Agnès Le Roux a déjà tranché. Pour elle, ça ne fait aucun doute. "On se sent morts de trouille car on a envie, on a besoin que sa culpabilité soit reconnue", explique Jean-Charles Le Roux, le frère de la victime. "Ce n'est pas du tout une démarche vengeresse. (...) Si par hasard il est acquitté, pour moi ce sera simplement l'histoire d'un crime parfait", confie-t-il.

Mais le mystère demeure dans cette affaire, car aucune preuve n'a été retrouvée: ni le corps, ni la voiture d'Agnès Le Roux. Cette semaine, un coup de théâtre est pourtant venu renforcer la thèse du meurtre. Guillaume Agnelet, le fils ainé de Maurice, a confirmé les accusations retenues contre son père, assurant que sa mère, Annie Litas, savait tout. Cette dernière a démenti ces affirmations, devant la cour d'assises, et a menacé de se suicider.

Risque d'erreur judiciaire, pour l'avocat d'Agnelet

"Il prétend vouloir soulager sa conscience et il embarque toute sa famille dans un gouffre que lui seul a creusé", dénonce Thomas Agnelet, le frère de Guillaume.

Face à cette famille divisée et ce procès sans preuve, l’avocat de Maurice Agnelet plaide le risque d’erreur judiciaire. "Ca n'est pas une preuve de mentir, ça n'est pas une preuve d'être chimérique. Cet homme là est prisonnier de son passé", estime François Saint-Pierre, l'avocat de Maurice Agnelet, au sujet de Guillaume. "J'ai dit au juge qu'il ne fallait pas s'y arrêter, que ce comportement n'était pas significatif de la commission d'un crime". Vendredi matin, Maurice Agnelet doit prendre la parole une dernière fois, avant le verdict, attendu dans la journée.

A.S. avec Igor Sahiri