BFMTV

Meurtre d'Angélique: "Il a bousillé ma vie", la première victime de David Ramault témoigne

David Ramault, qui a avoué avoir violé et tué Angélique Six, 13 ans, a déjà été condamné pour viol en 1996. Sa victime de l'époque, âgée également d'à peine 13 ans au moment des faits, s'est confiée à La Voix du Nord.

C'était le 7 janvier 1996. A cette date, Noémie* n'a pas encore 13 ans lorsqu'elle croise le chemin de David Ramault. La petite fille sort du théâtre et marche en direction du domicile d'un de ses voisins pour rejoindre sa mère, quand un homme dissimulé sous un casque de moto arrive derrière elle et la menace avec un couteau. Il l'emmène dans un endroit à l’écart, près d'un chemin de fer à l'abandon.

"Il y avait des murets en moins, et il y avait un trou. Il m’a emmenée dans ce trou là, et il m'a mise dans l'herbe. Il m'a dit de le laisser faire sinon il allait me tuer. Et il a appuyé sur le couteau au niveau de la gorge", se souvient la jeune femme au micro de La Voix du Nord.

"Il m'a bousillé ma vie"

Quinze jours plus tard, un homme âgé d'une vingtaine d'années, connu sous le nom de David Ramault, est arrêté. Il sera condamné en 1996 à neuf ans de prison pour viol avec arme. Le jour du procès, il s'excuse auprès de sa victime. Nettement insuffisant pour Noémie.

"Un individu qui demande pardon à une jeune fille qui a tout perdu, sa virginité, son innocence. Neuf ans c’est rien du tout. Moi, il m’a bousillé ma vie."

Angélique, "ça aurait pu être moi"

Fin avril 2018, David Ramault, aujourd'hui âgé de 45 ans, chauffeur de bus et marié, avoue le viol et le meurtre d'Angélique Six, 13 ans. L'homme est mis en examen pour séquestration, viol et meurtre, et est écroué. Une nouvelle affaire qui résonne comme un coup de tonnerre dans l'esprit de Noémie, et ravive son traumatisme.

"Au fur et à mesure des reportages et des magazines, je trouvais David Ramault. Je me suis mise à hurler parce que je me suis dit que ça aurait pu être moi", explique-t-elle.

La jeune femme dit "ne pas arrêter de penser" à Angélique, et au calvaire que doivent vivre ses parents. Les obsèques de la petite fille seront organisées ce samedi à Wambrechies (Nord).

*Le prénom a été modifié pour conserver l'anonymat

Anne-Sophie Warmont avec Céline Penicaud