BFMTV

Lorient: pourquoi le chauffard en cavale n'a-t-il pas quitté la région?

Killian, le suspect de l'accident mortel de Lorient

Killian, le suspect de l'accident mortel de Lorient - BFMTV

Recherché depuis le 9 juin, le conducteur soupçonné d'avoir renversé deux enfants, dont un est mort, se cachait à une dizaine de kilomètres seulement du lieu du drame.

Recherché depuis le 9 juin, Killian L., le conducteur suspecté d'avoir fauché deux enfants à Lorient dimanche dernier a été interpellé ce mardi 18 juin, dans un hôtel de Lanester, dans le Morbihan, à une dizaine de kilomètres du lieu de la collision. Il a été mis en examen pour homicide involontaire aggravé et placé en détention provisoire ce mardi soir, a annoncé la procureure de Lorient lors d'un point presse.

C'est le gérant de l'hôtel qui a reconnu Killian L. via l'appel à témoins et a contacté les autorités. Pourquoi n'a-t-il pas quitté les environs, alors qu'un avis de recherche le pointant du doigt était diffusé depuis une dizaine de jours?

"Pas les moyens de se payer une cavale digne de ce nom"

"Dans le cas présent, on peut dire qu'on a assisté à une sorte de cavale low cost", explique sur BFMTV Jean-Pierre Colombies, porte-parole de l'Union des Policiers Nationaux Indépendants, "quelqu'un qui ne pouvait pas aller bien loin compte tenu de son profil et des moyens qui étaient à sa disposition".

Rester proche de chez soi, de son milieu quand on est en fuite "c'est fréquent, et c'est tout à fait logique pour des personnes qui n'ont pas les moyens de se payer une cavale digne de ce nom", continue Jean-Pierre Colombies.

Quoiqu'il arrive, une fois en fuite, "il vous faut du cash pour payer vos faux frais quotidiens. Il va falloir trouver quelqu'un qui vous loue une voiture, qui vous loue une maison, qui vous prête quelque chose", expliquait Bernard Petit, ancien sous-directeur à la direction centrale de la police judiciaire, en juillet dernier sur BFMTV, à propos de l'évasion du braqueur Redoine Faïd.

Rester à proximité de ses proches, d'aides potentielles

Rester non loin de sa zone d'habitation permet alors d'avoir à proximité des personnes de confiance qui vous viennent en aide. "Lorsque vous avez des voyous de beaucoup plus grosse envergure qu'on imaginait en Espagne, au Maroc, presque en Amérique du Sud, on les a retrouvés pas loin de chez eux, de leur milieu, ce qu'ils connaissent le mieux", explique le porte-parole UPNI.

Lors de sa fuite à l'été 2018, le braqueur Redoine Faïd avait par exemple été en cavale trois mois, avant d'être retrouvé à Creil, dans l'Oise, à moins de 100 km de la prison de laquelle il s'était échappé, caché en compagnie de son frère et d'un de ses neveux.

Il est également rapidement difficile de se déplacer dans une zone surveillée car "quand vous bloquez les frontières, quand vous multipliez les contrôles partout, vous avez vraiment peu de chance de vous en sortir", rappelle Jean-Pierre Colombies.

Le conducteur de Lorient a "probablement bénéficié de complicités"

Le conducteur de Lorient a ainsi "probablement bénéficié dans un premier temps de quelques complicités pour lui permettre d'échapper les premières heures à une arrestation", selon le porte-parole UPNI. Il soupçonne le jeune homme, toxicomane et revendeur de drogues, d'avoir "bénéficié de la connaissance de ce milieu, mais ce ne l'a pas amené si loin que ça".

La jeune fille qui accompagnait Killian dans la voiture est également soupçonnée d'avoir caché des informations sur son ami, pour protéger sa cavale.

En cavale, il faut avoir des "gens de grande confiance, mais en même temps il ne peut pas faire appel à des gens avec qui le contact est connu", estimait encore Bernard Petit, toujours à propos d'un Redoine Faïd encore en cavale, car les proches des personnes recherchées sont mis sous surveillance. "Il n'est pas facile de s'évader, mais il est encore plus difficile de rester en liberté", avait ajouté Bernard Petit.
Salomé Vincendon