BFMTV

Loi anti-casseurs: "Il ne s’agit pas d’une loi anti-gilets jaunes”, assure Castaner

Le ministre de l'Intérieur a reconnu sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin ce mardi que le projet de loi, présenté par les sénateurs républicains, avait "quelques fragilités".

Invité sur notre antenne ce mardi matin, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner est revenu sur le texte “visant à prévenir les violences lors des manifestations et à sanctionner leurs auteurs”. Cette loi dite "anti-casseurs" est débattue à partir de ce mardi à l'Assemblée nationale.

Christophe Castaner a assuré que les interdictions de manifester se feraient "sous contrôle du juge évidemment". "Il ne s'agit pas d'une loi anti-gilets jaunes", a déclaré le ministre, mais d'une législation contre les casseurs "pour leur interdire de casser."

Une loi initiale avec des "fragilités"

Sur la création d'un fichier national des casseurs, écartée en commission des Lois mercredi dernier, Christophe Castaner a réagi en déclarant:

"Les casseurs on les connaît très bien, parce que ce sont toujours les mêmes. Les gens d'ultra-gauche, d'ultra-droite, on les connaît. Ce qui compte c'est qu'on puisse constater des comportements. (...) On va s'appuyer sur le fichier des personnes recherchées", a-t-il confirmé.

Concernant le texte initial, présenté par Bruno Retailleau et voté par le Sénat en octobre 2018, Christophe Castaner a estimé qu'il s'agissait "d'une bonne proposition qui avait quelques fragilités.”

Avec AFP