BFMTV

#JeSuisProf: sur les réseaux sociaux, une vague d'hommages au professeur tué

Des femmes rendent hommage au professeur assassiné devant son collège à Conflans Saint-Honorine, le 17 octobre 2020

Des femmes rendent hommage au professeur assassiné devant son collège à Conflans Saint-Honorine, le 17 octobre 2020 - Bertrand GUAY © 2019 AFP

Un élan d'hommages et de soutiens à l'égard du professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines, afflue sur Twitter depuis ce vendredi, notamment avec le hastag #jesuisprof.

Des centaines de messages de soutien et d'hommage affluent sur les réseaux sociaux, après le meurtre de Samuel Paty, professeur d'histoire de 47 ans, ce vendredi à Conflans-Sainte-Honorine.

Sous les hashtags #JeSuisProf et #SamuelPaty, en tendances sur Twitter ce samedi matin en France, c'est notamment le corps enseignant qui s'est rassemblé pour rendre hommage à leur collègue et défendre le droit d'apprendre la liberté d'expression aux élèves.

"Assasiné parce qu'il apprenait à nos enfants la liberté d'expression"

"Ce n’était pas juste un prof! Il s’appelait Samuel Paty, il avait 47 ans, assassiné sur le sol français ce 16 octobre 2020, parce qu’il enseignait, parce qu’il apprenait à nos enfants la liberté d’expression, la liberté de croire et de ne pas croire", a rappelé la FCPE Marne sur Twitter.

"Enseigner ne doit pas tuer", a tweeté "le prof de l'être", un compte tenu par un professeur de français qui raconte avec dérision son quotidien d'enseignant.

"Le terroriste a voulu abattre la République dans ses valeurs"

"Très attristé d'apprendre l'assassinat d'un collègue d'histoire-géographie. Sous le choc aussi en découvrant les dessins de ses élèves réalisés en avril 2019 autour d'une exposition qu'il avait créée sur les valeurs de Liberté, d'Égalité et de Fraternité", a tweeté un autre enseignant.

Le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, qui s'est rendu sur place vendredi soir, a assuré que la "nation sera aux côtés des enseignats pour les protéger".

"Un de nos concitoyens a été assassiné, aujourd'hui, parce qu'il enseignait, parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression, la liberté de croire ou de ne pas croire (...) Il n'y a pas de hasard si ce soir, c'est un enseignant que le terroriste a abattu, parce qu'il a voulu abattre la République dans ses valeurs, les Lumières", a-t-il poursuivi, lors d'une déclaration devant l'établissement.

Écho avec #JeSuisCharlie

De son côté, le syndicat SNES-FSU a appelé à faire "une minute de silence" ce samedi matin à 11 heures, "en mémoire de notre collègue assassiné et en soutien à ses collègues, ses élèves, sa famille, ses proches". L'Élysée a par ailleurs annoncé qu'un hommage national sera rendu à l'enseignant dans les prochains jours.

La vague d'hommages et de soutien sur les réseaux sociaux après le meurtre de Samuel Pary n'est pas sans rappeler celle suivant les attentats de Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015. Le hashtag #JeSuisCharlie était devenu l'un des slogans les plus utilisés de l'histoire de Twitter.

Fanny Rocher