BFMTV

Gilets jaunes: l'avocat de Jérôme Rodrigues réfute la thèse officielle d'une grenade de désencerclement

L'avocat de la figure des gilets jaunes, blessée samedi place de la Bastille à Paris, affirme avoir "des éléments matériels" orientant vers "un tir de flashball". Une plainte a été déposée par la soeur de Jérôme Rodrigues, a annoncé le conseil.

L'une des figures du mouvement des gilets jaunes, Jérôme Rodrigues, a été grièvement blessé ce samedi à l'oeil lors d'une manifestation place de la Bastille. Le gilet jaune, placé dans un coma artificiel cette nuit, a annoncé sur Facebook qu'il allait perdre son oeil, ce dont son avocat attend confirmation de la part des médecins.

Reste à savoir quel projectile a touché Jérôme Rodrigues à la tête: était-ce un morceau d'une grenade de désencerclement, comme l'a affirmé une source policière à BFMTV? Cette thèse, "je la réfute complètement", a déclaré Philippe de Veulle, avocat de la famille du blessé, sur notre antenne.

"Des éléments matériels dans le sens d'un tir de flashball"

"J'ai des éléments matériels dans le sens que c'est un tir de flashball. Le flashball va être remis dans les mains de la commissaire divisionnaire de l'IGPN, qui a contacté la soeur de mon client hier soir", a-t-il poursuivi.

"Nous attendons l'enquête et savoir si les analyses ADN correspondent avec l'ADN de Jérôme Rodrigues. (...) Ce sont des témoins qui nous l'ont donné, une jeune femme qui a vu les événements au pied de la colonne de la Bastille, qui a vu les forces de l'ordre avancer, tirer au flashball sur Jérôme", a-t-il précisé.

"Si vous regardez la vidéo (filmée par le blessé, NDLR), on voit un éclair, un jet partir. Cette vidéo (...) est assez explicite", a affirmé le conseil de la victime.

La nature du projectile pourrait peser dans l'affaire. Le ministre de l'Intérieur et son secrétaire d'Etat ont assuré ces derniers jours qu'ils allaient doter de caméras les forces de l'ordre usant des lanceurs de balles de défense (LBD), au coeur d'une polémique vues les graves blessures qu'ils peuvent causer. "Il n'y avait pas de caméra, il n'y a pas de eu sommation, les codes déontologiques n'ont pas du tout été respectés sur cette place de la Bastille", a soutenu l'avocat.

"Ce n'est pas du tout un élément dangereux"

Une plainte a été déposée par l'intermédiaire de la soeur de Jérôme Rodrigues, a précisé le conseil de la famille. En parallèle, une enquête administrative a été ouverte au niveau de la police des polices, l'IGPN, en qui Philippe de Veulle dit avoir "une totale confiance" pour les expertises.

"Nous allons transmettre tous les éléments matériels aux services de l'IGPN", a-t-il ajouté.

Concernant son client, l'avocat a assuré que ce dernier "film(ait) les manifestations": "Ça s'arrête là. Ce n'est pas du tout un élément dangereux ou quelqu'un de violent."
Liv Audigane