BFMTV

Fillon mis en examen: son avocat annonce des "recours" pour contester une "procédure viciée"

Me Antonin Lévy a donné des précisions, ce mardi chez Ruth Elkrief sur BFMTV, sur la mise en examen du candidat LR à la présidentielle pour notamment détournement de fonds publics et recel d'abus de biens sociaux.

Me Antonin Lévy s'exprimait, ce mardi, en public pour la première fois depuis l'annonce de la mise en examen de son client, François Fillon, dans l'enquête sur des soupçons d'emploi fictifs. Invité de Ruth Elkrief sur BFMTV, l'avocat a tout d'abord tenu à préciser que c'était lui qui avait souhaité que l'audition devant les juges soit avancée d'une journée. Elle était initialement prévue ce mercredi.

"Dans ce dossier tout fuit"

Antonin Lévy voulait éviter que l'ancien Premier ministre subisse les nombreux journalistes qui l'auraient attendu au pôle financier avant et après son audition. Selon lui, une telle image "nuit fondamentalement à la présomption d’innocence".

L'avocat a demandé à ce que la justice puisse se faire dans un climat de sérénité et regrette que les médias "alimentent un feuilleton". "Dans ce dossier tout fuit, il n'y a rien qui puisse rester secret", a-t-il déploré observant qu'une fois encore le Canard enchaîné avait révélé l'audition qui était tenue secrète "pour garder un tout petit peu de décence". 

"Une procédure viciée jusqu'à la moelle"

Interrogé sur son intention de faire des recours, il a répondu "c'est plus que l'intention". "Cette procédure est viciée jusqu'à la moelle", a-t-il lâché ajoutant "il y a peu d'actes dans cette procédure qui peuvent être sauvés et qui ne méritent pas d'être passés à la moulinette du droit". L'avocat a l'intention d'exercer toutes les voies de recours pour contester "chaque acte depuis le début de l'enquête préliminaire jusqu'à la mise en examen". Le représentant de François Fillon avance que "rien n'a été fait conformément au droit". 

Et comme la loi permet de faire des recours dans un délai de six mois, "on le fera dans des délais qui permettront de soulever convenablement toutes les questions juridiques", a-t-il indiqué. "Tous les recours seront exercés afin de montrer que cette procédure est totalement nulle", a-t-il assuré.

Sur l'audition en elle-même, l'avocat rapporte que le juge a déclaré à François Fillon "vous êtes convoqué pour l'emploi de votre épouse Penelope Clarke, emploi fictif ou surévalué". Antonin s'est étonné de "cette première nouveauté". "Nous sommes le 14 mars, pour la première fois dans un glissement sémantique on emploie fictif à surévalué. On commence à reconnaître qu'il y a peut-être quelque chose", souligne-t-il.

E. M.