BFMTV

Disparition de Maëlys: les parents de la fillette font appel à un médium

Des gendarmes effectuent des recherches à Pont-de-Beauvoisin, où a disparu la fillette

Des gendarmes effectuent des recherches à Pont-de-Beauvoisin, où a disparu la fillette - Jeff Pachoud-AFP

Les parents de Maëlys, qui a disparu depuis fin août lors d'un mariage à Pont-de-Beauvoisin, en Isère, ont fait appel à un médium. Il doit se rendre sur les lieux clés de cette affaire.

Deux semaines après la disparition de la fillette âgée de 9 ans lors d'un mariage dans l'Isère, toujours aucune trace de Maëlys. Le père de l'enfant, désespéré, a expliqué à BFMTV avoir fait appel aux services d'un médium. Les parents de la petite fille, qui se sont constitués partie civile, sont allés le chercher au Portugal, pays dont est originaire le père de la fillette.

Cet homme a indiqué à BFMTV qu'il allait se rendre sur les différents lieux clés de l'affaire. Les gendarmes, tenus d'exploiter le moindre témoignage, seront quant à eux amenés à étudier les conclusions de ce médium.

Le coffre nettoyé à l'aide d'un puissant produit

L'enquête se poursuit. Alors qu'un homme de 34 ans, invité du mariage, a été mis en examen pour "enlèvement et séquestration ou détention arbitraire de mineur de 15 ans" et placé en détentionLe Dauphiné Libéré a rapporté que le suspect aurait nettoyé son coffre avec un puissant produit habituellement utilisé pour les jantes. Il avait indiqué aux enquêteurs avoir lavé sa voiture le lendemain du mariage dans le but de la vendre.

Plusieurs éléments liés à cet homme sont troublants. Une trace ADN de Maëlys a été retrouvée sur un élément du tableau de bord de sa voiture, le short qu'il portait lors de la soirée a disparu et il s'est absenté du mariage sur un laps de temps correspondant à l'heure estimée de la disparition.

Après avoir un temps nié que la fillette était montée dans sa voiture, le suspect a reconnu en début de semaine qu'en compagnie d'un autre petit garçon, elle s'était hissée sur la banquette arrière pour vérifier si les chiens de l'homme étaient dans le coffre. Ce deuxième enfant n'a toujours pas été identifié à ce stade.

Des griffures occasionnées par de la végétation

Concernant les griffures au bras et au genou -l'homme s'était justifié en évoquant du jardinage au milieu de framboisiers- elles ne sont pas des marques de défense d'une autre personne et sont compatibles avec des lésions occasionnées par de la végétation, selon une source proche de l'enquête.

Les recherches se poursuivent. Depuis quatre jours, les gorges aux abords du Guiers, cette rivière qui passe à Pont-de-Beauvoisin, sont explorées. Des plongeurs ont notamment sondé le lac d'Aiguebelette, en Savoie, où le suspect avait l'habitude de promener ses chiens.

Une perquisition a été menée au domicile de ses parents, à Domessin en Savoie, où il réside également. Les résultats sont attendus dans les prochains jours.

Céline Hussonnois-Alaya avec Rim Bey