BFMTV

Crash en Argentine: Sylvain Augier soupçonne "une erreur de pilotage"

Sylvain Augier, sur le plateau de BFMTV, jeudi.

Sylvain Augier, sur le plateau de BFMTV, jeudi. - BFMTV

L'animateur de télévision, habitué des émissions d'aventure et invité mercredi sur BFMTV, s'étonne de la manoeuvre du pilote aux commandes de l'un des deux hélicoptères, et que l'on aperçoit sur les images de la collision.

Les téléspectateurs se souviennent de Sylvain Augier, l'animateur de plusieurs émissions d'aventure et de voyages, comme La Carte au Trésor, ou encore Faut pas rêver. Jeudi, le journaliste, par ailleurs passionné par les vols en hélicoptère, est revenu sur BFMTV sur le crash en Argentine, dédouanant au passage la télé-réalité.

"Le risque a toujours existé. Beaucoup d'émissions de ce genre se sont très bien passées jusqu'à présent, en dehors du précédent drame de Koh Lanta (la mort du candidat Gérald Babin, ndlr), donc je ne ferai pas ce procès-là. Cependant, on vient là de marquer un coup terrible, et je pense qu'on ne fera plus d'émission d'aventures de ce genre en France".

"Le pilote se met à monter d'un coup"

Les deux pilotes argentins, âgés de 50 et 58 ans, étaient "très expérimentés", selon la presse latino-américaine, et avaient été militaires par le passé. "Mais étaient-ils habitués aux prises de vues, en pilotage serré, en hélicoptère?" s'interroge Sylvain Augier. "C'est une discipline très différente".

En revoyant les images de la collision, l'animateur de télévision observe, selon lui, "une faute de pilotage évidente: le pilote se met à monter d'un coup, et ne peut donc pas voir l'autre pilote au-dessus de lui." 

Le vol en patrouille, exercice délicat

"Dans La Carte au Trésor, on pratiquait également le vol en patrouille, très près les uns des autres, avec la hantise de la collision, comme ce qui s'est produit lundi en Argentine. On avait un briefing technique très pointu avant, et je pense que c'est ce qui a manqué dans cet accident. On déterminait précisément qui volait en contrebas par exemple. Là, les pilotes se perdent de vue, ne se voient plus, et manifestement ne se parlent plus", analyse Sylvain Augier.

"Erreur" des pilotes ou perte de contrôle de l'appareil, il est encore trop tôt pour tirer des conclusions définitives. C'est ce que devront déterminer les enquêteurs argentins sur place, épaulés depuis ce jeudi par des analystes français du BEA, le Bureau enquêtes et analyses.

A. G.