BFMTV

Assaut de Saint-Denis: Abdelhamid Abaaoud et Salah Abdeslam ne figurent pas parmi les gardés à vue

Abdelhamid Abaaoud, commanditaire présumé des attentats de Paris, est la cible de l'assaut.

Abdelhamid Abaaoud, commanditaire présumé des attentats de Paris, est la cible de l'assaut. - Kenzo Tribouillard - AFP

Cinq jours après les attentats de Paris, le Raid a donné l'assaut dans un immeuble de Saint-Denis mercredi. Deux forcenés sont morts et huit personnes ont été interpellées.

>> L'ESSENTIEL

La police a donné l'assaut mercredi à 4h20 à Saint-Denis. L'opération s'est terminée à 11h37. Le commando neutralisé mercredi "pouvait passer à l'acte", selon François Molins

Abdelhamid Abaaoud et Salah Abdeslam ne figurent pas parmi les huit personnes interpellés

Une femme retranchée dans l'appartement est morte en se faisant exploser. Un autre forcené, dont l'identité n'est pas encore connue, est mort

  • Cinq policiers du RAID ont été blessés dans l'attaque. Ils ont été visités dans la journée par François Hollande

Un SMS indiquant "on est parti, on commence" a été envoyé le soir des attaques du vendredi 13 novembre à partir d'un téléphone portable découvert dans une poubelle à l'extérieur de la salle de concert du Bataclan

Ce live est terminé, merci de l'avoir suivi.

23h30 - "La France est le seul pays à avoir une politique cohérente aux Etats-Unis", assure sur BFMTV Raphaël Liogier, sociologue et philosophe

22h45 - Un candidat américain veut limiter l'accès des Français aux Etats-Unis

Rand Paul, sénateur du Kentucky et candidat républicain à la Maison-Blanche, s'est dit préoccupé par l'accueil des Français sur le sol américain. "Je pense que ceux qui pourraient nous attaquer viennent de l'extérieur, à la fois comme réfugiés, ou comme simples visiteurs ou étudiants, explique Rand Paul. Nous devons aussi être préoccupés par les citoyens français qui viennent ici."

22h20 - Certaines actions des Restos du coeur suspendues temporairement

En raison de l'application de l'été d'urgence, l'association des Restos du coeur a dû suspendre temporairement ses activités "impliquant des rassemblements dans l'espace public", notamment les Camions du coeur.

L'ouverture des centres d'activités ou les maraudes sont elles maintenues.

22h00 - Deux écoles resteront fermées à Saint- Denis

Tous les établissements scolaires de la ville de saint-Denis rouvriront leurs portes jeudi à l'exception de deux écoles situées dans la rue où s'est déroulé l'assaut des forces de l'ordre. 

21h05 - Regain de popularité du roman "Paris est une fête" d'Hemingway

Le roman "Paris est une fête", souvenirs tendres et joyeux de l'écrivain américain Ernest Hemingway relatant son séjour dans la capitale française dans les années 1920, connaît un irrésistible regain de popularité depuis les attentats de vendredi.

20h40 - "Abdelhamid Abaaoud ne pense pas repartir vivant de la France", juge Bernard Thellier, ancien négociateur du GIGN. 

19h20 - "Abdelhamid Abaaoud ni Salah Abelslam ne font pas partie des huit gardés à vue"

Peu avant 19h le Washington Post affirmait qu'Abdelhamid Abaaoud était mort dans l'assaut de Saint-Denis. Abdelhamid Abaaoud est l'organisateur présumé des attentats du 13 novembre et la cible de l'assaut en cours mercredi matin au nord de Paris. 

19h19 - Les enquêteurs ont reçu lundi un témoignage sur la présence en France d'Abaaoud

"Les enquêteurs se sont orientés vers la piste de cet appartement (visé) après avoir recueilli un témoignage faisant état de la présence d'Abaaoud sur le territoire français" le lundi 16 novembre et "qui a fait l'objet de nombreuses vérifications téléphoniques et bancaires", a détaillé François Molins, présentant Abaaoud comme un individu "suspecté d'être l'inspirateur de nombreux projets d'attentats ou attentats terroristes en Europe pour le compte de l'organisation terroriste Etat islamique".

19h17 - "Une logistique d'ampleur a été mise en oeuvre par les terroristes"

19h16 - Un SMS pour coordonner les attaques?

"Un téléphone a été découvert dans une poubelle à proximité de la salle de spectacle du Bataclan. Le dernier SMS du téléphone disait 'On est parti, on commence'", détaille François Molins. "Les investigations s'attachent bien évidemment à déterminer quel est le destinataire de ce message", envoyé à 21h42.

19h13 - Trois véhicules en "convoi" arrivés jeudi

Les trois véhicules - Polo (Bataclan), Seat (Montreuil) et Clio (Paris 18e) "sont arrivés en convoi depuis la Belgique jeudi", soit la veille des attaques du Paris et du Stade de France.

"Cinq chargeurs pleins, 11 vides et 3 couteaux ont été retrouvés dans la Seat noire", a expliqué François Molins.

19h12 - Identités en cours de vérification

"Vers 4h45, le Raid est parvenu à interpeller trois individus, dont un était blessé par balle au bras. Ces trois hommes ont été immédiatement placés en garde à vue et leurs identités sont en cours de vérification", a-t-il ajouté. "Un corps criblé d'impacts" a également été découvert "dans les décombres de l'immeuble" mais son état "ne permet pas non plus à ce stade de l'identifier."

19h10 - "5.000 munitions ont été tirées par les policiers",

Le procureur de la République retrace le processus de l'enquête qui a remonté le fil "de trois commandos coordonnés. (...) "une nouvelle équipe de terroristes a été neutralisée et tout laisse à penser que, au regard de leur armement, leur organisation structurée et leur détermination, ce commando pouvait passer à l'acte."

Lors de l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, "5.000 munitions ont été tirées par les policiers", selon François Molins qui a expliqué que la porte blindée de l'appartement a ralenti l'assaut.

18h52 - Etat d'urgence: des députés déposent un amendement pour "contrôler la presse"

Vingt députés ont présenté un amendement au projet de loi qui prorogue et réforme la loi de 1955 qui instaure l'état d'urgence présenté mercredi matin en conseil des ministres. Cet ajout vise à ouvrir "la possibilité de contrôler toute publication lorsque l'état d'urgence est déclaré".

18h50 - La Marche pour le climat qui devait être organisée à Paris le 29 novembre prochain a été annulée pour raison de sécurité, assure France Inter

Cette manifestation devait avoir lieu dans les rues parisiennes à la veille de l'ouverture de la grande conférence pour le climat, la Cop21, qui se tiendra au Bourget, en Seine-saint-Denis.

18h42 - Hollande et Ban Ki-moon ont évoqué lors d'un entretien l'adoption "rapide" d'une résolution contre le terrorisme

18h32 - Salah Abdeslam toujours en Belgique?

C'est en tout cas l'affirmation faite, sous couvert d'anonymat, par un officiel belge au site Politico. "Nous avons de bonne raison de penser qu'il est toujours sur notre territoire après être passé par Molenbeek et Bruxelles" après avoir quitté Paris dans la nuit de vendredi à samedi.

18h24 - Hollande a appelé les patrons du Raid et de la BRI pour les féliciter 

Il leur a fait part de "son admiration, de son soutien et de sa fierté", rapporte Le Figaro mercredi. Par ailleurs, François Hollande s'est rendu mercredi soir à l'hôpital parisien de La Pitié-Salpêtrière au chevet des policiers blessés lors de l'assaut lancé contre un appartement de Saint-Denis.

18h13 - Message des Eagles of Death Metal sur leur page Facebook

"Alors que nous sommes en sécurité à la maison, nous sommes horrifiés et tentons encore de comprendre ce qui s'est passé en France", écrit le groupe qui jouait qui sur la scène du Bataclan et qui annule le reste de sa tournée sur sa page Facebook. "Vive la musique, vive la liberté, vive la France et vive EODM", conclut le groupe, en s'inspirant de la devise de la France "Liberté, Egalité, Fraternité".

18h09 - Valls désigne l'islamisme radical, dont le salafisme, comme "ennemi"

"Oui, nous avons un ennemi, et il faut le nommer c'est l'islamisme radical. Et un des éléments de l'islamisme radical, c'est le salafisme", a déclaré le chef du gouvernement lors de la séance de questions à l'Assemblée nationale. "Dans nos quartiers, il y a des dizaines, des centaines, peut-être des milliers de jeunes qui sont attirés par le jihadisme, par l'islamisme radical, par cette idéologie totalitaire", a déploré Manuel Valls, en réponse au député Les Républicains de l'Eure, Bruno Le Maire. "Nous devons être lucides sur ce qui se passe dans nos sociétés", a-t-il dit.

17h40 - Les établissements scolaires et universitaires de Saint-Denis rouvriront jeudi matin, annonce le ministère de l'Education nationale sur Twitter.

17h15 - L'aviation russe va viser les camions-citernes de l'EI transportant des produits pétroliers

L'aviation russe a reçu l'ordre de viser les camions-citernes transportant des produits pétroliers dans les zones contrôlées par l'organisation Etat islamique (EI), a déclaré mercredi le chef des opérations militaires russes en Syrie, le général Andreï Kartapolov. D'autres sites ont aussi été bombardés à Raqqa ou Alep. 149 cibles ont été détruites en 59 vols sur 100 prévus, assure aussi l'armée russe.

16h59 - La femme kamikaze avait 26 ans

Hasna, qui est selon nos informations est la cousine d'Abdelhamid Abaaoud, soupçonné d'être l'un des commanditaires des attentats de Paris, est née en 1989 à Clichy la Garenne dans les Hauts-de-Seine. Elle avait 26 ans.

>> Qui sont les suspects qui se trouvaient dans l'immeuble?

16h45 - "Possible qu'il y ait un troisième corps de terroriste dans les décombres"

"Il est possible qu'il y ait un troisième corps de terroriste dans les décombres" de l'appartement pris d'assaut à Saint-Denis. "Il faut attendre que l'enquête progresse pour connaître l'identification", a expliqué le ministère de l'Intérieur à BFMTV.

Des opérations de police technique et scientifique sont menées de façon minutieuse à cet égard dans un environnement fait de gravats et de décombres car, au cours des affrontements violents" de mercredi matin, "l'appartement principal et les appartements mitoyens ont beaucoup souffert. Un plancher s'est notamment effondré", a expliqué Pierre-Henry Brandet, le porte-parole.

16h32 - Les services de renseignement marocains aident la France?

Selon le journal marocain Le360, cité par la RTBF et l'agence Reuters, ce sont les services de renseignement marocains qui seraient à l'origine de la localisation des terroristes présumés visés par l'intervention de la police française ce mercredi matin à Saint-Denis.

Toujours selon Le360, des officiers des services de renseignement marocains se sont rendus à Paris et à Bruxelles au lendemain des attentats de Paris.

16h20 - Egypte: le crash de l'avion russe causé par une bombe

Le groupe jihadiste Etat islamique a réussi à introduire une bombe à bord de l'avion russe au départ de Charm el-Cheikh dans le Sinaï égyptien le 31 octobre, causant son explosion, indique mercredi le magazine de l'EI, Dabiq. La dernière édition du magazine explique que le groupe a agi après avoir découvert une faille dans la sécurité de l'aéroport égyptien d'où a décollé l'avion.

16h14 - "Pas de complaisance à l'égard de gouvernements suspectés de financer le terrorisme", assure Fabius

"S'agissant de l'accusation de financement des terroristes portée contre certains pays du Golfe: nos services ont procédé aux vérifications nécessaires et les éléments dont nous disposons (...) ne nous permettent pas de porter des accusations contre les gouvernements de ces pays", a déclaré le ministre des Affaires étrangères devant l'Assemblée nationale.

"La lutte contre le financement du terrorisme est une nécessité absolue et une clé si nous voulons éradiquer Daesh", a-t-il insisté.

16h - Attentat du Bataclan: un homme retrouvé mort chez lui, victime d'une balle perdue

Son corps n'a été trouvé que plus tard, "au cours du week-end", selon la police. Stéphane Hache, 52 ans, louait un studio dans une petite rue située derrière la salle de concert. Il était chez lui pendant l'attaque du Bataclan.

15h45 - Conférence de presse du procureur de Paris François Molins à 19h

15h36 - Le porte-avions français "sur zone" en Méditerranée "à la fin de la semaine", annonce Jean-Yves Le Drian

15h25 - Hommage unanime de l'Assemblée et ovation debout aux forces de l'ordre

L'Assemblée nationale a rendu un hommage unanime mercredi à l'action des forces de l'ordre lors de l'opération antiterroriste de Saint-Denis dans la matinée, avec des députés, tous debout, applaudissant au début de la séance des questions au gouvernement.

15h22 - Fausse alerte dans un bureau de poste à Pierrefitte

Un client de la Poste se serait présenté au guichet avec une pièce d'identité au nom de Salah Abdeslam, le terroriste présumé recherché depuis vendredi. Les guichetiers ont immédiatement donné l'alerte, et rapidement, une centaine de policiers se sont déployés autour du bâtiment. Selon nos informations, il s'agit en réalité d'une fausse alerte.

15h17 - "Il y a au moins 2 morts, peut-être davantage", précise Bernard Cazeneuve à l'Assemblée

15h15 - Une voisine de l'appartement visé "sentait l'immeuble bouger"

L'intervention a duré plus de six heures. Sabine, une habitante du quartier, vit en-dessous de l'appartement où les terroristes présumés s'étaient retranchés. La femme a dû, sur ordre de la police, s'allonger par terre et éteindre les lumières de son appartement. "Je me suis cachée, j'ai essayé d'aller dans les toilettes, mais avec les explosions, j'ai cru que le toit des toilettes allait s'effondrer", a expliqué la jeune maman. Elle a finalement décidé de se réfugier entre deux portes. "On voyait les balles, les lumières des lasers venir vers nous et il y avait des explosions, on sentait l'immeuble qui bougeait".

15h08 - "J'ai appris que des individus étaient retranchés chez moi, je n'étais pas au courant que c'étaient des terroristes"

Un homme qui dit avoir hébergé deux personnes "qui venaient de Belgique" dans l'appartement de Saint-Denis visé par l'assaut assure qu'il ne les connaissait pas. "Un ami m'a demandé d'héberger deux de ses potes pour quelques jours", a raconté cet homme d'une trentaine d'années par ailleurs condamné à huit ans de prison en 2008 pour coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner. "On m'a demandé de rendre service, j'ai rendu service, je n'étais pas au courant que c'était des terroristes", a-t-il expliqué avant d'être menotté et emmené par les policiers.

15h01 - "Les femmes sont souvent plus déterminées que les hommes"

Une femme kamikaze s’est suicidée en actionnant sa ceinture d’explosifs dans la nuit de mardi à mercredi lors d’un assaut du Raid à Saint-Denis. En matière de terrorisme, "il y a peu de femmes mais quand elles y sont, ce sont des passionarias", estime l'ex-patron du GIGN Christian Prouteau. "Elles sont souvent plus déterminées que les hommes", précise l’ancien commandant.

14h57 - 118 perquisitions administratives ont été réalisées dans la nuit de mardi à mercredi en France

Dans ce cadre, 34 armes ont été saisies et 25 personnes placées en garde à vue, a annoncé le ministère de l'Intérieur.

"Au total, après trois nuits et sur l’ensemble du territoire, il a été procédé à 414 perquisitions administratives et 64 interpellations conduisant à 60 gardes à vue. 75 armes ont été saisies, dont 11 armes de guerre, 33 armes longues et 31 armes de poing. 44 découvertes de produits stupéfiants ont eu lieu", est-il précisé alors que "118 assignations à résidence ont été prononcées".

14h35 - Les deux frères Abdeslam interrogés en Belgique avant les attentats

La police belge avait interrogé avant les attentats les deux frères Abdeslam, dont l'un s'est fait exploser vendredi à Paris et l'autre est toujours recherché, mais "ils ne montraient pas de signe d'une possible menace", a indiqué mercredi le parquet fédéral. "Nous savions qu'ils étaient radicalisés et qu'ils pourraient se rendre en Syrie (mais) ils ne montraient pas de signe d'une possible menace".

La police néerlandaise a annoncé mercredi que Salah Abdeslam avait été arrêté en février aux Pays-Bas lors d'un contrôle routier de routine, pour possession de cannabis. Il apparaît aussi dans les archives d'un contrôle routier en septembre dans l'ouest de l'Autriche, alors qu'il venait de franchir la frontière depuis l'Allemagne.

14h30 - Saint-Denis: le récit de l'opération antiterroriste

À 4h20 mercredi matin, les habitants de Saint-Denis sont réveillés par des coups de feu. Les échanges de tirs sont nourris, plusieurs explosions sont entendues. Le Raid a lancé un assaut dans un appartement dans lequel six individus se sont retranchés. Trois personnes sont extraites et interpellées mais on ne sait pas encore si elles ont un lien avec la cible de l'opération. Un terroriste a été tué dans l'opération et une femme a déclenché son gilet explosif. Plus tard dans la matinée, deux personnes qui se cachaient dans les gravats ont été interpellées. Après plus de sept heures d'opération et 110 membres du Raid et de la BRI mobilisés, le gouvernement a annoncé que l'assaut était terminé.

13h35 - Deux suspects soignés à l'hôpital de Bobigny 

Selon nos informations, deux des suspects interpellés mercredi matin sont hospitalisés à Bobigny. Le premier a été transféré pour une plaie au bras et opéré dans la matinée. Le second, admis vers 11h45, a été envoyé au bloc pour une plaie plus grave au bras. 

Le dispositif de sécurité est très important et les accès à l'hôpital sont très contrôlés.

13h28 - Hollande: "ne pas céder aux tentations de repli", "à la peur, "à la stigmatisation" et à "la surenchère"

"Aucun acte antisémite, anti-musulman ne doit être toléré", a lancé le chef de l'Etat devant les maires réunis au Palais des congrès à Paris.

13h25 - Hollande: des polices municipales pourront être équipées avec des armes du stock de la police nationale

"Le gouvernement entend donc vous aider à mieux protéger nos compatriotes mais également à mieux protéger les policiers municipaux en finançant leur équipement, en apportant aux maires qui le souhaitent les armes qui seront prélevées sur les stocks de la police nationale. Les contrats locaux de sécurité seront également renforcés par des moyens supplémentaires pour que nous puissions agir dans le même esprit et à la même force", a déclaré le président de la République devant les maires réunis au Palais des congrès.

13h18 - Hollande aux maires: face au terrorisme, il n'y a "plus de clivage partisan qui tienne"

13h17 - Perquisitions en cours sur la plateforme aéroportuaire de Roissy

Deux perquisitions étaient menées mercredi sur la plateforme aéroportuaire de Roissy, notamment dans une branche d'Air France, dans le cadre de l'état d'urgence décrété après les attentats a appris l'AFP. Selon une source aéroportuaire, l'une d'elles vise la branche cargo du groupe Air France.

13h14 - Travaux de sécurisation des lycées d'Ile-de-France

Toute demande de travaux de sécurisation dans les lycées franciliens sera "immédiatement traitée" par les services du conseil régional, a déclaré mercredi Henriette Zoughebi, vice-présidente en charges des lycées.Il s'agit "de sécurisation de portails, de loges, de clôtures des sites, d'installation de vidéosurveillance et de visiophone, ainsi que d'installation de systèmes d'alarme anti-intrusion".

13h10 - François Hollande prend la parole devant le Congrès des maires de France

Le chef de l'Etat a rendu hommage aux forces de police qui sont intervenues, "La France est fière de disposer de forces (de l'ordre) de cette qualité", a-t-il dit devant les élus qui ont applaudi longuement. L'opération antiterroriste de Saint-Denis nous confirme que "nous sommes dans la guerre".

"Ce qu'on voulu viser les terroristes, c'est ce que représente la France. Voilà ce qui a été attaqué dans la nuit du 13 novembre. (...) Ces barbares ont visé la France dans sa diversité. C'est la jeunesse de France qui a été visée car elle représente tout simplement la vie", a poursuivi François Hollande.

13h - Le logeur interpellé avait été condamné à huit ans de prison en 2008 pour coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner

12h20 - Les 129 victimes décédées ont été identifiées

Les 129 victimes des attentats de Paris et Saint-Denis vendredi ont toutes été identifiées, a indiqué la présidence de la République dans le compte rendu du Conseil des ministres qui s'est tenu mercredi.

12h15 - Le procureur ne peut pas encore donner les identités

François Molins est aux côtés de Bernard Cazeneuve. "Nous avons des éléments qui laissaient penser qu'Abdelhamid Abaaoud se trouvait dans un appartement conspiratif", explique-t-il.

Il confirme la mort d'une femme kamikaze et d'un autre terroriste "atteint par des projectiles". Il confirme également l'arrestation de trois personnes dans l'appartement, de deux autres personnes "alors qu'elles tentaient de se cacher dans les gravats" ainsi que l'interpellation de "deux autres personnes", dont "l'hébergeur" et une de ses amies.

Mais François Molins affirme qu'il n'est pas encore possible de communiquer sur l'identification des personnes interpellées.

Une prochaine conférence de presse est prévue dans l'après-midi. 

12h11 - Cazeneuve félicite les policiers

Le ministre adresse ses félicitations aux 110 policiers présents au cours de l'opération. "Je tiens également à saluer le sang-froid des habitants de Saint-Denis", ajoute Bernard Cazeneuve.

12h10 - Une troisième victime

Une troisième personne est morte dans l'assaut, confirme la police.

12h00 - Des policiers dans l'église près de Saint-Denis

Selon une journaliste de l'AFP sur Twitter, des policiers ont cassé à la hache la porte de l'église proche de l'appartement.

11h55 - Bernard Cazeneuve est sur place

Le ministre de l'Intérieur est arrivé sur la zone, il devrait s'exprimer d'une minute à l'autre.

11h40 - Stéphane Le Foll confirme la fin de l'assaut

Le porte-parole du gouvernement confirme que l'assaut est terminé. Il explique que Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, se chargera de donner davantage de précisions.

11h35 - Les assauts sont terminés

Les assauts de la police sont terminés, mais les forces de l'ordre poursuivent leur opération de vérification et de sécurisation sur place. Les habitants doivent toujours rester chez eux.

11h30 - La police surveillait plusieurs immeubles

Selon nos informations, la police surveillait plusieurs immeubles depuis mardi. Une femme était soupçonnée par les forces de l'ordre d'héberger Abdelhamid Abaaoud. Il s'agit de la femme kamikaze, qui s'est fait exploser mercredi matin. Elle était sa cousine.

11h15 - Des civils évacués

Plusieurs personnes sont évacuées du centre-ville de Saint-Denis par la police. Des enfants figurent parmi ces personnes.

11h10 - Où se déroule l'assaut?

Depuis 4h20, un quartier entier de Saint-Denis est entièrement bouclé par la police. L'immeuble ciblé est proche de la mairie, il est situé au 8, rue du Corbillon.

-
- © -

11h05 - Que s'est-il passé, et qui est visé?

L'opération actuellement en cours a fait deux morts du côté des terroristes, cinq blessés du côté des policiers, et a déjà permis l'interpellation de sept suspects, placés en garde à vue >> BFMTV.com fait le point.

11h00 - Les images de l'assaut

Gilles, un habitant de Saint-Denis, a filmé l'immeuble ciblé par la police très tôt mercredi matin >> Les images ici

10h55 - Sept interpellations

Deux nouvelles personnes ont été interpellées dans l'immeuble, portant à sept le nombre total d'interpellations.

10h50 - Un texte contre le terrorisme diffusé dans les mosquées

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a annoncé mercredi qu'il allait diffuser auprès des quelque 2.500 mosquées de France un "texte solennel" condamnant "sans ambiguïté" toute "forme de violence ou de terrorisme", en vue du prêche de vendredi prochain.

10h45 - D'autres interpellations en cours

D'autres interpellations du Raid et de la BRI sont en cours à Saint-Denis, dans le même immeuble mais dans un autre appartement.

10h30 - L'assaut se poursuit

Des personnes sont encore possiblement retranchées dans l'immeuble. L'assaut, qui a commencé à 4h20, n'est toujours pas terminé.

10h10 - Cinq policiers du Raid blessés

Selon nos informations, cinq policiers du Raid ont été blessés au cours de l'assaut mercredi matin.

10h00 - Le point sur les transports

Au total, ce sont 20 lignes de bus qui sont interrompues en raison de l'assaut, confirme la RATP. Le trafic est toujours interrompu sur la ligne 13 entre Carrefour Pleyel et Saint-Denis Université. 

Le trafic est interrompu par mesure de sécurité sur toute la ligne de tramway T5 Marché Saint-Denis - Garges-Sarcelles, sur la T1 entre la Courneuve - Six Routes et les Courtilles, et sur la T8 entre Delaunay-Belleville et Saint-Denis-porte de Paris.

9h55 - Un assaut très risqué

Kamikazes armés, secteur urbain très dense… L’opération antiterroriste en cours depuis mercredi matin avant l’aube à Saint-Denis est très délicate pour les forces de l'ordre >> Un assaut en pleine ville particulièrement risqué

9h45 - Les images de l'assaut

Voici le récit en images de l'assaut donné mercredi matin.

9h35 - "Je n'ai fait que rendre service"

L'homme qui a prêté l'appartement où se sont retranchés les forcenés jure qu'il n'était "au courant de rien". Il s'est exprimé sur BFMTV juste avant son interpellation.

9h30 - Un chien de la police tué

Les forces de police l'avaient fait entrer dans l'appartement pour jauger de la menace à l'intérieur. L'animal a été tué alors qu'il pénétrait le lieu de l'attaque.

9h21 - Le Raid et la BRI fouillent l'immeuble

Les hommes du Raid et de la BRI fouillent l'immeuble où étaient retranchés les forcenés. Ils craignent que l'endroit soit piégé, selon nos informations.

9h20 - Les axes routiers saturés vers Saint-Denis

La préfecture de police conseille de contourner largement le secteur de Saint-Denis: outre les transports en communs bloqués, la circulation routière est très compliquée.

9h10 - La ligne 13 toujours fermée à hauteur de Saint-Denis

Depuis la mise en service du métro, la ligne 13 est fermée entre Saint-Denis Université et Carrefour Pleyel.

9h05 - Christiane Taubira a rejoint l'Elysée

Après son passage sur Europe 1, la garde des Sceaux a rejoint le président à l'Elysée.

8h55 - Le procureur confirme la mort d'une femme retranchée 

Voici les informations officielles communiquées par le procureur du tribunal de grande instance de Paris.

La mort d'une femme à Saint-Denis. "Une femme retranchée dans l'appartement, qui a activé son gilet explosif au début de l'assaut, est morte", écrit le procureur de Paris.

Trois gardes à vue. Par ailleurs, il précise que trois hommes retranchés dans l'appartement, en ont été "extraits par le Raid et ont été placés en garde à vue. Leurs identités ne sont pas établies à ce stade".

Deux gardes à vue à proximité immédiate de l'appartement. Un homme et une femme ont été interpellés et placés en garde à vue, ajoute le procureur.

Des gardes à vue levées. Enfin, les gardes à vue de l'entourage familial d'Omar Ismaïl Mostefaï et Samy Amimour ont été levées.

  • 8h50 - Les écoles fermées à Saint-Denis

La préfecture a communiqué tous les noms des établissements scolaires fermés jusqu'à nouvel ordre. Retrouvez la liste complète ici.

  • 8h35 - L'homme qui a prêté l'appartement de Saint-Denis interpellé

Un homme qui dit avoir hébergé deux personnes "qui venaient de Belgique" dans l'appartement de Saint-Denis a été interpellé. "Un ami m'a demandé d'héberger deux de ses potes pour quelques jours", a raconté sous couvert d'anonymat cet homme d'une trentaine d'années, qui a expliqué avoir mis à leur disposition un appartement situé 8, rue du Corbillon.

  • "J'ai dit qu'il n'y avait pas de matelas, ils m'ont dit 'c'est pas grave', ils voulaient juste de l'eau et faire la prière. J'ai rappelé mon ami. Il m'a dit qu'ils venaient de Belgique", a-t-il poursuivi. "On m'a demandé de rendre service, j'ai rendu service, je n'étais pas au courant que c'était des terroristes", a expliqué cet homme, très agité, avant d'être menotté et emmené par les policiers.

8h25 - Le calme revient, l'assaut continue

  • Le calme est revenu sur la zone de l'assaut, mais l'opération n'est pas terminée. Les consignes de la police aux habitants sont toujours valables.

8h15 - François Hollande "tenu au courant en temps réel"

Le chef de l'Etat est actuellement dans son bureau à l'Elysée, et est "tenu au courant en temps réel" des derniers développements. Manuel Valls et Bernard Cazeneuve sont avec lui depuis 8h05.

8h05 - Trois personnes interpellées

Trois interpellations ont été effectuées lors de l'opération antiterroriste, selon des sources policières.

8h00 - L'opération se termine, selon Taubira

Selon Christiane Taubira, la ministre de la Justice, l'opération est en train de se terminer. C'est ce qu'elle a annoncé sur Europe 1 mercredi.

7h55 - Deux forcenés morts dont une femme qui s'est fait exploser

Deux des forcenés retranchés sont morts, dont une femme qui s'est fait exploser, selon des sources policières à l'AFP. Un suspect reste retranché.

7h45 - Les consignes aux habitants de Saint-Denis

Transports fermés, écoles, collège, salariés... Le point sur les consignes données par la police aux habitants

7h30 - D'importantes détonations entendues

On entend d'importantes déflagrations dans la zone cernée par la police. Les explosions se poursuivent.

7h25 - L'armée arrive sur place

Trois camions de transports de troupes, transportant de nombreux militaires, arrivent sur place.

-
- © BFMTV

7h20 - Ecoles et collèges du centre-ville fermés

Les écoles et les collèges du centre-ville de Saint-Denis resteront fermés ce mercredi, annonce la préfecture.

7h15 - Au moins un mort

Au moins une personne est morte au cours de l'assaut policier à Saint-Denis. Son identité n'est pas encore connue.

7h00 - Les salariés invités à ne pas venir travailler

Saint-Denis comporte de nombreuses entreprises: la police recommande aux salariés concernés de ne pas venir travailler ce mercredi matin.

6h45 - Les images tournées par les habitants

Sur ces images tournées par un témoin BFMTV, on entend des tirs nourris à Saint-Denis, tôt ce mercredi.

6h35 - Abdelhamid Abaaoud, la cible de l'assaut

La cible de l'opération du Raid serait Abdelhamid Abaaoud, soupçonné d'être le commanditaire des attentats de Paris il y a 5 jours.

Abdelhamid Abaaoud est la cible de l'assaut à Saint-Denis.
Abdelhamid Abaaoud est la cible de l'assaut à Saint-Denis. © BFMTV

6h30 - Consigne de prudence pour les habitants

La ville de Saint-Denis demande à nouveau aux habitants de ne pas sortir de chez eux.

6h20 - Les transports fermés

Le trafic est interrompu entre les stations Saint-Denis Université et Saint-Denis Porte de Paris, selon la RATP

6h15 - Des hommes sont retranchés dans un appartement

De source policière, on apprend que des hommes sont retranchés dans un appartement de Saint-Denis.

6h12 - Le maire de Saint-Denis recommande aux habitants de ne pas sortir

Didier Paillard, maire de Saint-Denis, demande sur BFMTV aux habitants de l'hypercentre de la ville de ne pas sortir de chez eux.

6h10 - Trois personnes interpellées

Selon le consultant de BFMTV Dominique Rizet, trois personnes ont été interpellées au cours de l'opération.

6h00 - La police donne l'assaut à Saint-Denis

La police a donné l'assaut à Saint-Denis, au nord de Paris. Les habitants ont été réveillés à 4h30 par des tirs. Des policiers ont été blessés. L'opération était prévue depuis mardi soir, selon nos informations.

Ariane Kujawski