BFMTV

Affaires Daval, Fiona, Flactif: quand les victimes deviennent des suspects

Cécile Bourgeon lançait un appel à témoins le 16 mai 2013 pour retrouver sa fille, Fiona.

Cécile Bourgeon lançait un appel à témoins le 16 mai 2013 pour retrouver sa fille, Fiona. - AFP

En garde à vue depuis lundi matin, le mari d'Alexia Daval a avoué avoir tué son épouse par accident, trois mois jour pour jour après la découverte du corps de la joggeuse de 29 ans, et après avoir participé à tous les hommages à la victimes, en pleurs, aux côtés de ses beaux-parents.

C'était le 2 novembre dernier. Deux jours plus tôt, le corps d'Alexia Daval était retrouvé, en partie carbonisé, dans la forêt de Velet, à Esmoulins, en Haute-Saône. Ce jour-là, les parents de la joggeuse de 29 ans prennent dignement la parole, encadrant le mari de leur fille, secoué par les sanglots. Le 5 novembre, Jonathann Daval ne peut toujours pas retenir ses larmes lors de la marche blanche organisée en hommage à son épouse. Trois jours plus tard, c'est toute une région qui lui apporte son soutien lors des obsèques de la jeune femme.

Pourtant, depuis plusieurs semaines, les enquêteurs ont fermé de nombreuses pistes, pour s'intéresser à nouveau à Jonathann Daval, passé dans l'esprit de l'opinion publique de mari éploré à suspect numéro un, avec son placement en garde à vue. "Jonathann n'est pas soupçonné par hasard", a reconnu mardi matin son avocat, Me Schwerdorffer, avançant des éléments "gênants" dans la version apportée par son client. Alors que les conseils de cet homme s'attendent à une mise en examen, l'homme de 34 ans, qui bénéficie de la présomption d'innocence, ne serait pas le premier à avoir ému l'opinion publique avant que celle-ci ne découvre un autre visage.

> L'affaire Fiona

Le 12 mai 2013, la disparition de Fiona, 5 ans, est signalée alors que la petite fille jouait dans un parc de Clermont-Ferrand. Sa mère, Cécile Bourgeon, enceinte de sept mois, explique à l'époque s'être assoupie sur un banc quelques minutes. Des recherches sont immédiatement lancées, très vite la piste de l'enlèvement est privilégiée. Un appel à témoins est lancé et une information judiciaire est ouverte pour "enlèvement" et "séquestration".

Quatre jours plus tard, Cécile Bourgeon, jeune femme blonde, lance un appel, effondrée. "On est impuissant", dit-elle, "on a vraiment besoin de soutien et d'aide. N'importe qui qui voit Fiona ou qui l'a, qu'il nous la ramène!" Pourtant, le 26 septembre 2013, la France vit un véritable coup de théâtre: Cécile Bourgeon passe aux aveux. Elle explique aux enquêteurs que sa fille est morte sous les coups de son compagnon. Le corps de l'enfant n'a jamais été retrouvé.

L'affaire Alexia Daval se télescope dans l'actualité avec l'affaire Fiona. Depuis lundi en effet, Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf sont jugés en appel pour la mort de la fillette. Les deux accusés se renvoient la responsabilité des coups mortels portés à l'enfant. En première instance, la mère a écopé de cinq ans de prison et a été acquittée sur les faits criminels qui lui étaient reprochés de coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Son ex-compagnon, lui, a été condamné à 20 ans de prison.

> L'affaire Typhaine 

Le 18 juin 2009, Anne-Sophie Faucheur prévient les policiers de Maubeuge, dans le département du Nord: sa fille, Typhaine, 5 ans, a disparu. Une information judiciaire pour "enlèvement" est ouverte. Aussitôt, d'importants moyens de recherches sont déployés: la rivière Sambre est sondée, les trains et les bus fouillés, mais l'enfant reste introuvable. Le 24 juin, la mère et son nouveau compagnon, Nicolas Willot, donnent une conférence de presse pour relayer l'appel à témoins et afficher leur inquiétude.

Rapidement, les enquêteurs prennent en compte la piste familiale et notamment un différend entre Anne-Sophie Faucheur et le père de Typhaine. Le 30 novembre 2009, la mère de la fillette, placée une nouvelle fois en garde à vue, passe aux aveux. La jeune femme, mise en examen, explique que sa fille est morte le 10 juin 2009, à la suite d'une punition qui a mal tourné. Son concubin fait lui aussi l'objet de poursuites: après la mort de la fillette, son corps a été caché dans une cave pendant deux jours, avant que Nicolas Willot ne l'enterre dans un bois en Belgique.

Lors de leur procès en janvier 2013, au cours duquel les gifles, fessées, coups de pied ou de poing donnés à la fillette ont été évoqués, les deux accusés ont été condamnés à 30 ans de prison.

> L'affaire Antoine Dupont

L'affaire Antoine Dupont, une autre affaire de meurtre maquillé en disparition. Le 28 janvier 2015, l'adolescent quitte le domicile familial de Gonnehem, dans le Pas-de-Calais. La dernière personne à l'avoir vu est son beau-père. Marc Demeulemeester va d'ailleurs être très présent dans la presse, exprimant sa douleur ou organisant des recherches pour retrouver Antoine. Pendant un an, l'enquête piétine.

Le 1er mars 2016, le beau-père passe aux aveux. Dans un geste prémédité, il a tué son beau-fils, avec qui les relations étaient tendues. Marc Demeulemeester reconnaît avoir étranglé Antoine dans son sommeil avec du fil de fer. Le corps de la victime est retrouvé dans le canal d'Aire à Beuvry, entouré d'un filet et lesté de parpaings, sur les indications du suspect. Mis en examen, le beau-père s'est suicidé en prison le 18 août 2016.

> L'affaire Flactif

Le 21 avril 2003, Mario arrive dans le chalet du Grand-Bornand, en Haute-Savoir, où habite sa mère Graziella, avec son nouveau mari, Xavier Flactif et leurs trois enfants, Grégory, Laetitia et Sarah. La maison est vide, mais comme si elle avait été abandonnée à la hâte. Une information judiciaire pour "enlèvements" et "séquestrations" est ouverte. Les enquêteurs travaillent sur la piste de la fuite familiale, sans écarter la piste criminelle. Des traces de sang effacées, ainsi qu'une douille d'arme à feu ont été retrouvées. 

Les analyses permettent de remonter jusqu'à David Hotyat, un mécanicien de 30 ans, Alexandra Lefebvre, sa compagne, également ancienne femme de ménage des Flactif et un autre couple, Stéphane et Isabelle Haremza. Tous les quatre seront interpellés le 16 septembre 2003. Entre-temps, David Hotyat ne se cache pas des médias. Depuis le début de l'enquête, le couple qu'il forme avec Alexandra Lefebvre donne de nombreuses interviews, notamment pour critiquer le mode de vie de Xavier et Graziella Flactif, ou pour dénoncer leur attitude.

David Hotyat a été condamné en 2006 à la réclusion criminelle à perpétuité, sa compagne, à 10 ans de prison. Stéphane et Isabelle Haremza écopent respectivement de 15 et 7 ans de prison.

> L'affaire Barbot

Lui aussi s'était affiché à de nombreuses reprises dans les médias. Le 16 mars 2013, Didier Barbot signale la disparition de sa femme, Anne. Monsieur va participer aux recherches, collant des affiches imprimées avec la photo de son épouse, dans le village de Loire-Atlantique où le couple réside, et lance des appels devant les caméras, expliquant ne pas comprendre où pouvait se trouver son épouse.

Huit mois plus tard, un lourd secret est mis à jour par les enquêteurs. Le 26 novembre 2013, Didier Barbot et Stéphanie Livet, avec qui il entretenait une relation adultérine, sont interpellés et passent aux aveux. Ils ont attiré Anne Barbot dans le garage de son domicile, l'ont frappée à la tête avec une bûche avant de l'étrangler, puis ont placé son corps dans le coffre de sa voiture avant d'y mettre le feu. Didier Barbot et Stéphanie Livet son condamnés respectivement à 30 et 25 ans de prison.

Justine Chevalier