BFMTV

Affaire Maëlys: une reconstitution prévue dans la nuit de lundi à mardi

Une reconstitution de la tragique nuit du 26 au 27 août 2017, au cours de laquelle Maëlys a trouvé la mort, va avoir lieu ce lundi soir. Il s'agira de confronter les déclarations de Nordahl Lelandais avec la réalité matérielle des faits.

Que s'est-il réellement passé dans la nuit du 26 au 27 août 2017 à Pont-de-Beauvoisin? Nordahl Lelandais a-t-il livré toutes ses vérités? C'est ce que va essayer de confirmer la justice ce lundi soir en organisant une reconstitution de la disparition de Maëlys il y a un peu plus d'un an. Le principal suspect dans cette affaire va être conduit sur les différents lieux du drame afin qu'il reproduise sa version des faits, et que ces éléments soient confrontés à la réalité matérielle et scientifique établie par l'enquête.

Les trois magistrats instructeurs conduiront l'ex-militaire à la salle polyvalente de Pont-de-Beauvoisin, où a été enlevée la fillette, puis, suivant les déclarations de Nordahl Lelandais, à son domicile de Domessin, en Savoie. Enfin, la dernière étape de ce parcours funeste emmènera le cortège judiciaire à Attignat-Oncin, sur les pentes du mont Grêle, où le corps de la fillette a été retrouvé en février 2018. 200 gendarmes seront mobilisés selon nos informations.

Fuites

Cette reconstitution intervient trois jours après la nouvelle audition de Nordahl Lelandais par les juges d'instruction en charge du dossier. Pendant trois heures, l'ancien militaire a été interrogé sur des zones d'ombre qui persistent sur la disparition et la mort de la petite fille en marge d'une fête de mariage à Pont-de-Beauvoisin en Isère. Il devait également être entendu sur l'agression sexuelle commise sur l'une de ses petites cousines à son domicile de Domessin, pour laquelle Lelandais a été mis en examen.

Si on ne connait pas l'attitude adoptée par Nordahl Lelandais lors de cette dernière audition, le 3 juillet, alors présenté aux juges, il avait choisi de garder le silence, dénonçant les fuites dans la presse, avait précisé son avocat. Un comportement qui tranchait radicalement avec celui adopté par l'ancien militaire de 35 ans depuis ses aveux le 14 février dernier. Ce jour-là, il avait reconnu avoir tué de manière accidentelle la petite fille qui était montée dans sa voiture pour qu'il l'emmène voir ses chiens. Selon ses dires, Maëlys a paniqué et il lui a donné une gifle mortelle. Il avait également indiqué aux enquêteurs où retrouver le corps.

Rym Bey avec Justine Chevalier