BFMTV

Affaire Maëlys: un suspect confronté à ses contradictions

Nordahl Lelandais est arrivé jeudi matin au tribunal de grande instance de Grenoble pour être auditionné, pour la première fois depuis sa mise en examen, par un juge d'instruction. La justice dispose d'éléments troublants à l'encontre du suspect qui continue de nier son implication dans la disparition de Maëlys.

Une enquête sans corps, sans aveu et sans preuve. Trois mois après la disparition de Maëlys, dans la nuit du 26 au 27 août dernier lors d'une fête de mariage à Pont-de-Beauvoisin, en Isère, les juges d'instruction en charge du dossier interrogent jeudi matin le principal suspect dans cette affaire. Nordahl Lelandais, qui clame toujours son innocence, a été transféré vers 9h15 au tribunal de grande instance de Grenoble pour être entendu. Une première audition depuis sa mise en examen pour enlèvement le 3 septembre dernier. A 17 heures, l'homme était toujours entendu.

>> Affaire Maëlys: le suspect mis en examen pour meurtre, il nie les faits reprochés

La procédure judiciaire était suspendue à la décision rendue jeudi matin par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Grenoble concernant la requête en nullité déposée par la défense. Les quatre premières auditions du principal suspect, lors de sa première garde à vue, ont été annulées en raison d'une erreur de procédure au début de l'enquête. Une partie des interrogatoires menés par le magistrat instructeur a également été invalidée car elle reposait sur ces fameuses retranscriptions.

Les recherches ont repris

Pour autant, les enquêteurs n'ont pas ménagé leurs efforts pendant ces semaines d'incertitudes. Ce jeudi marque également la reprise des recherches par les gendarmes, dans un secteur proche de Pont-de-Beauvoisin. Dans un premier temps, les recherches s'étaient concentrées aux alentours de la salle des fêtes avant d'être élargies au lac d'Aiguebelette, qui a été sondé, où le suspect avait ses habitudes. D'autres étangs du secteur ont été fouillés.

En l'absence de preuves formelles, les enquêteurs se sont aussi concentrés sur une série d'indices, et notamment ces photos issues d'une caméra de vidéosurveillance. L'une d'elles, captée vers 3 heures du matin - l'heure à laquelle le suspect dit avoir quitté la fête de mariage - montre une voiture noire dans laquelle se trouve, sur le siège passager, une silhouette humaine de petite taille, habillée en blanc. En zoomant fortement dans cette photo, les enquêteurs ont relevé des détails sur cette tenue: un col blanc et une absence de manche. Comme la robe que portait Maëlys ce soir-là.

Les enquêteurs ont formellement identifié la voiture du suspect mais ne peuvent distinguer le visage de Maëlys, ni déterminer l'identité du conducteur. Un autre cliché montre à nouveau le véhicule, dans le sens inverse de circulation. La silhouette n'apparaît plus. Il est 3h30 du matin. Ces photos vont être présentées à Nordahl Lelandais ce jeudi lors de son audition. Ces images sont capitales: le suspect était bel et bien accompagné à 3 heures du matin, ce qu'il n'a jamais dit.

Eléments matériels

Si la procédure est fragilisée par la décision de la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Grenoble, d'autres éléments, en possession des enquêteurs, viennent la conforter. Il y a l'ADN de Maëlys retrouvé dans le véhicule du suspect. Lui explique que la petite fille est bien monté dans sa voiture pour voir si ses chiens étaient dans le coffre. Elle était accompagnée d'un petit garçon et ils seraient redescendus. Les gendarmes n'ont jamais identifié cet enfant.

Au lendemain de la disparition de Maëlys, Nordahl Lelandais a également nettoyé de fond en comble son véhicule. Pendant plus de 2 heures, une caméra de vidéosurveillance l'a filmé en train d'aspirer et d'astiquer l'intérieur de sa voiture à une station de lavage. Pendant 30 minutes, le suspect insiste sur la poignée intérieure côté passager. Il utilise alors des lingettes qu'il emporte avec lui pour les jeter. Où? Les enquêteurs ne savent pas. Le suspect lui a une réponse toute trouvée à ce nettoyage extrême: il devait vendre sa voiture dans la semaine.

Justine Chevalier avec Rym Bey