BFMTV

Affaire Daval: Grégory Gay affirme avoir trouvé un élément troublant dans le dossier

Le beau-frère de Jonathann Daval réclame que de nouvelles investigations soient menées après avoir fait un rapprochement entre un ADN non identifié retrouvé dans le véhicule du suspect et la mère de ce dernier. Un élément qui relance l'hypothèse d'une complicité.

Il s'agit de l'une des zones d'ombre de ce dossier. Jonathann Daval a-t-il bénéficié d'une aide pour transporter et brûler le corps de son épouse Alexia? Cette question pourrait trouver une réponse. Trois ADN ont été retrouvés dans le coffre du véhicule de service utilisé par l'informaticien de 34 ans pour transporter le corps de la jeune femme de leur domicile de Gray-la-Ville jusqu'au bois d'Esmoulins. Celui de Jonathann Daval, d'Alexia et un autre non identifié qui pourrait être celui de la mère du suspect.

Jonathann Daval, qui avait reconnu au mois de janvier dernier avoir tué de manière accidentelle sa femme Alexia, avait changé de version en juin dernier mettant en cause son beau-frère Grégory Gay. Ce dernier, constitué partie civile, qui clame depuis son innocence, s'est alors lancé dans une lecture acharnée des 5.000 pages du dossier d'enquête. Une lecture qui en a fait émerger une découverte intrigante ce week-end nécessitant, selon lui, de nouvelles investigations. Son avocat a adressé un courrier en ce sens au magistrat instructeur de Besançon lundi.

Un cheveu bicolore de la mère de Jonathann Daval

Dans un courrier que BFMTV a pu consulter, Grégory Gay rappelle que dans le coffre de l'utilitaire utilisé par Jonathann Daval, trois ADN ont été relevés, celui du suspect, celui de la victime et un autre ayant "un lien de parenté" avec Jonathann Daval. Dans le cadre des investigations sur la mort de la joggeuse, d'autres prélèvements avaient été réalisés sur l'entourage. Parmi eux, celui de la mère de Jonathann Daval, Martine Henry. Le premier but de ces analyses, pour les gendarmes, était de comparer ces ADN à des traces retrouvées sur le drap qui recouvrait le corps d'Alexia Daval. Aucun rapprochement n'avait pu être effectué.

Grégory Gay a décidé de pousser les investigations et assure désormais que l'ADN non identifié extrait à partir d'un "élément pileux" retrouvé dans le coffre correspond à celui de la mère de Jonathann Daval. Il s'agit d'un cheveu bicolore de 8 centimètres retrouvé, par les gendarmes, sur une portion de planche en bois située sous des cartons sur le plancher du coffre du véhicule dans lequel a été transporté le corps d'Alexia Daval. "Le fait que les ADN de Jonathann, Martine et Alexia soient retrouvés au même endroit sur cette plaque de bois nous pose bien évidemment question", écrit Grégory Gay à son avocat pour réclamer de nouvelles investigations.

"Le jeu" de Grégory Gay

La présence d'un cheveu appartenant à la mère de Jonathann Daval dans le coffre de ce véhicule est connu depuis des mois, insiste l'avocat de ce dernier, indiquant que la mère de Jonathann Daval n'a été entendu que comme témoin au début de cette affaire. "C’est une voiture, un cheveu c’est transportable, ce n’est pas accablant d’avoir un cheveu qui se retrouve dans un véhicule quand bien même que ce véhicule a servi à transporter un corps, ça ne prouve rien, s'insurge Me Randall Schwerdorffer. Cette présence d’un cheveu par nature volatile peut s’expliquer de multiples façons."

"Grégory Gay sort du cadre d’une partie civile et se transforme en enquêteur et quasiment en juge d’instruction. Ce n’est pas son rôle. Je ne sais pas à quel jeu joue Grégory Gay", conclut alors l'avocat.

Cette découverte intervient 48 heures avant une nouvelle audition de Jonathann Daval par la justice et une semaine avant la confrontation générale qui va avoir lieu la semaine prochaine entre l'informaticien de 34 ans, son beau-frère Grégory Gay et les parents d'Alexia Daval.

Justine Chevalier avec Mélanie Bertrand