BFMTV

TPMP: vif échange entre Bernard de La Villardière et Rokhaya Diallo sur le port du voile

La militante antiraciste et chroniqueuse de TPMP, face au journaliste de M6, Bernard de la Villardière, le 26 février 2017, sur C8.

La militante antiraciste et chroniqueuse de TPMP, face au journaliste de M6, Bernard de la Villardière, le 26 février 2017, sur C8. - Capture d'écran - C8

Le journaliste de M6 était invité sur le plateau de Touche pas à mon poste! ce lundi soir.

Très critiqué par les chroniqueurs de Touche pas à mon Poste! pour la teneur de ses émissions sur M6, Bernard de La Villardière avait accepté de venir sur le plateau de l'émission de Cyril Hanouna, lundi 26 février. Le journaliste de M6 a dû se justifier face à des chroniqueurs assez unanimement choqués par le traitement de l'islam et des musulmans dans son émission Dossier Tabou.

Gilles Verdez a ouvert le bal, lançant: "Pourquoi, Bernard de la Villardière, stigmatisez-vous en permanence, les musulmans?". "Je ne peux pas répondre à cette question, parce que je ne me sens pas concerné", a répliqué le journaliste.

"Vous ne me laissez pas terminer"

Le débat s'est ensuite porté sur le voile. La militante antirasciste et féministe Rokhaya Diallo, chroniqueuse régulière dans l'émission de Cyril Hanouna, a d'abord attaqué la "fausse neutralité" de ses "pseudo reportages" qu'elle a qualifiés de "tribunes". Puis elle a rappelé: "Vous avez pointé du doigt le fait que Cyril Hanouna puisse inviter sur le plateau un femme qui porte le foulard".

"Ce n'est pas un foulard comme un autre, c'est un hijab,(...) pour moi c'est une doctrine que je dénonce, et j'ai le droit de considérer qu'une femme qui porte le hijab, c'est une régression", a défendu Bernard de La Villardière.

"Vous ne me répondez pas, vous ne me laissez pas terminer", s'est agacée la chroniqueuse, empêchée de finir son argumentation.

"Ici dans le public, il y a des femmes voilées, je trouve que vous leur faites offense en prétendant savoir mieux qu'elles de quelle manière elles doivent s'habiller", a conclu Rokhaya Diallo.

Pris à partie par des jeunes de Sevran

Nadine Morano a cru bon d'apporter son tweet au débat, et dénoncé dans un message: "L'intolérance, l'arrogance, la suffisance de la militante Rokhaya Diallo", qu'elle a qualifiée de "Française de papier".

En septembre 2016, Bernard de la Villardière s'était retrouvé au coeur d'une polémique, lorsqu'il avait été pris à partie à Sevran par des jeunes gens lors d'une enquête sur l'islam radical en Seine-Saint-Denis.

Une enquête jugée comme de la "provoc'" par le maire de Sevran, Stéphane Gatignon. "La Villardière qui vient après tout le monde, dans le lieu qui vient d'être muré, c'est de la provoc et il sait ce qu'il fait", avait-il déclaré. Les jeunes ont déclaré s'être sentis offensés par l'angle choisi pour le reportage. Celui-ci évoquait en voix off "un mélange de salafistes et de dealers de drogue".

M. R.