BFMTV

Dossier Tabou: les images de Bernard de la Villardière agressé lors d'une enquête sur l'islam radical

Dossier Tabou

Dossier Tabou - Capture d'écran M6

M6 a diffusé mercredi soir les images du journaliste et de son équipe, malmenés par un groupe de jeunes à Sevran en Seine-Saint-Denis lors d'une enquête sur le terrain.

Pour la première de son nouveau magazine d'information Dossier Tabou diffusée mercredi soir à 21h sur M6, Bernard de La Villardière a enquêté sur la montée de l'islam radical en France. Un reportage qui l'a mené à Sevran, en Seine-Saint-Denis, ville confrontée à la montée du salafisme, et dont plusieurs jeunes habitants sont partis faire le jihad.

"Un mélange de salafistes et de dealers"

Comme montré dans la bande-annonce, la chaîne a choisi de diffuser une séquence durant laquelle le journaliste et son équipe, alors partis à la rencontre d'un imam, se heurtent à une bande de jeunes de banlieue. "Arrête, arrête de filmer", leur intime l'un d'eux. "Apparemment, nos caméras dérangent", explique le présentateur en voix-off. 

"Vous nous laissez bosser d'accord?", s'énerve alors Bernard de la Villardière tandis que les jeunes gens, "un mélange de salafistes et de dealers de drogue", comme les décrit le journaliste, deviennent de plus en plus agressifs. Le journaliste et son équipe, molestés, finissent par battre en retraite. "Nous préférons quitter les lieux afin de ne pas envenimer la situation", explique une nouvelle fois en voix-off le journaliste.

"C'est de la provoc"

Interrogé à ce sujet sur RMC, le maire de Sevran Stéphane Gatignon a jugé que le journaliste avait été "racoleur" et "manipulateur".

"Le fait qu'il se fasse agresser… La Villardière qui vient après tout le monde, dans le lieu qui vient d'être muré, c'est de la provoc et il sait ce qu'il fait", a-t-il dit. "Toutes les télés sont venues dans ce quartier et aucune n'a eu de souci, mais lui est venu après, et comme c'est lui qui est venu, il y a eu une crispation par rapport à ça."

Nawal Bonnefoy