BFMTV

ONPC: la réponse cinglante de Ségolène Royal aux fausses accusations de Vanessa Burggraf

Ségolène Royal sur le plateau de l'émission "On n'est pas couché", le 3 juin 2017

Ségolène Royal sur le plateau de l'émission "On n'est pas couché", le 3 juin 2017 - France 2

Invitée de l'émission On n'est pas couché, l'ancienne ministre de l'Environnement a été accusée par Vanessa Burggraf d'avoir fait travailler son fils lorsqu'elle était candidate à l'élection présidentielle en 2007.

Venue sur le plateau du talk-show On n'est pas couché à l'occasion de la sortie de son Manifeste pour une justice climatique, Ségolène Royal a répondu aux questions de Laurent Ruquier et de ses deux chroniqueurs, Yann Moix et Vanessa Burggraf. Mais c'est avec cette dernière que l'ancienne ministre de l'Environnement a eu une passe d'armes remarquée. 

Au cours du débat, la conversation a notamment été portée sur le projet de moralisation de la vie politique de François Bayrou. Vanessa Burggraf a alors interpellé l'invité sur le sujet: "Et l'interdiction des emplois familiaux, vous trouvez que c'est une bonne chose? Vous-même, vous avez travaillé avec votre fils, quand vous étiez candidate à la présidentielle!"

Une première polémique avec Najat Vallaud-Belkacem

"Absolument pas, Vanessa", a aussitôt répliqué Ségolène Royal. Avant de poursuivre: "Mon fils a fait ça bénévolement. Ça m'aurait choqué, et même eux ça les aurait choqués d'être financés sur fonds publics.

"Il y a une ambiguïté: les gens ne comprennent pas pourquoi on ne pourrait pas travailler avec ses enfants. Un boulanger, un artisan, ils travaillent en famille, poursuit Ségolène Royal. Mais il s'agit bien d'argent public, c'est-à-dire de contrats fait par un parlementaire ou un maire pour un de ses enfants ou son conjoint. Bien sûr que ça me choque. Je n'ai jamais fait ça même pendant une campagne électorale, où c'est l'argent d'un parti. Mon fils n'a pas eu un euro de cette campagne électorale."

A partir de 26 min 15 s sur la vidéo:

Il y a deux semaines, sur le plateau de ONPC, la chroniqueuse de Laurent Ruquier avait déjà imputé à tort la réforme de l'orthographe à Najat Vallaud-Belkcam, l'ancienne ministre de l'Education nationale. Des "fakes news" qui avaient valu à Vanessa Burggraf de nombreuses critiques. De son côté, Laurent Ruquier avait tenu à prendre farouchement la défense de sa chroniqueuse, dont il a annoncé la reconduction pour l'an prochain.

Fabien Morin