BFMTV

Laurent Ruquier égratigne Najat Vallaud-Belkacem et défend sa chroniqueuse Vanessa Burggraf

Laurent Ruquier.

Laurent Ruquier. - Capture

L'animateur d'On n'est pas couché défend sa chroniqueuse, n'hésitant pas à affirmer que Najat Vallaud-Belkacem a voulu faire un coup politique car elle est "fragile" et n'est pas "sûre d'être à nouveau députée".

La polémique a déchaîné les réseaux sociaux ce dimanche. Vanessa Burggraf, chroniqueuse dans On n'est pas couché, a affirmé que Najat Vallaud-Belkacem était à l'origine d'une réforme de l'orthographe visant à simplifier l'écriture de certains mots. Sauf qu'il s'agit, en réalité, d'une réforme datant de 1990 et remise à l'ordre du jour par les éditeurs de manuels scolaires.

Laurent Ruquier, animateur du talk-show politique de France 2, est revenu sur l'altercation entre sa journaliste et l'ancienne ministre de l'Education nationale. Invité sur le plateau du Buzz TV, il défend bec et ongles la remplaçante de Léa Salamé, régulièrement visée par les critiques pour des interventions jugées maladroites dans l'émission. Selon lui, Vanessa Burggraf n'a aucunement relayé une "fake news", comme l'a affirmé Najat Vallaud-Belkacem au cours de leur échange musclé.

"Ce n’était pas une approximation, c’est un fait: il y a eu une réforme de l’orthographe appliquée dans les écoles. Simplement, Najat Vallaud-Belkacem n’avait pas pris l’initiative de cette réforme", martèle Laurent Ruquier, précisant que cette réforme était passée lorsque la ministre était en charge de l'Education nationale. "Tout ce que Vanessa Burggraf a pu dire, ce n’est absolument pas une fake news, c’est une information que j’ai lue dans Le Figaro, dans des tas de journaux. Vanessa Burggraf n’a rien inventé."

Une image mise à mal par les récentes polémiques

Laurent Ruquier n'en reste pas là. Selon ses dires, la candidate aux législatives à Villeurbanne aurait tout simplement monté un coup politique pour faire parler d'elle. "Fragile", elle vient "de perdre son emploi" et n'est "pas sûre d'être à nouveau députée", ce qui serait une raison suffisante pour monter en épingle une polémique au détriment de Vanessa Burggraf. "Elle a bien ameuté tout le monde, sur les réseaux sociaux, ses amis journalistes à Libération...", accuse l'animateur, mettant en cause indirectement la rédaction du quotidien national. "Elle a bien réussi son coup, je ne suis pas sûr que cela lui réussira dans les urnes."

Reconduite à son poste pour la prochaine saison, l'ancienne présentatrice de France 24 s'est entretenue avec Laurent Ruquier à l'issue du tournage de l'émission. Celui-ci l'a rassurée et a confirmé sa présence dans l'équipe, alors même que des rumeurs font état de tension entre Catherine Barma, la productrice du programme, et la chroniqueuse. "C’est difficile d’être dans l’œil du cyclone", ajoute l'animateur. "L’année dernière, Yann Moix a vécu la même chose." Cette polémique ne risque pas d'améliorer l'image de Vanessa Burggraf auprès du public, déjà mise à mal après son fou rire jugé méprisant envers Philippe Poutou, candidat ouvrier à l'élection présidentielle, et ses propos jugés maladroits vis-à-vis des enfants autistes.

Mathilde Joris