BFMTV

La reine Elizabeth II affronte désormais seule son destin

La reine Elizabeth, le 27 octobre 2016.

La reine Elizabeth, le 27 octobre 2016. - Justin Tallis AFP

Quatre jours après le décès de son époux, la souveraine a tenu son premier engagement officiel pour le départ à la retraite du plus haut fonctionnaire de la Maison royale.

Il était sa "force et (son) soutien". La reine Elizabeth II affronte désormais le crépuscule de son règne sans son époux le prince Philip, alors qu'elle doit continuer sa lourde tâche, tout en dirigeant une remuante famille marquée par les crises.

De nombreux observateurs attribuaient au duc d'Édimbourg, qui aurait eu 100 ans en juin, la gestion d'une poigne de fer de la famille royale, aidant la reine à surmonter les scandales secouant le palais. La mort de Philip a laissé "un énorme vide dans sa vie", a indiqué samedi leur deuxième fils le prince Andrew, soudain sorti de la retraite où l'a relégué son amitié sulfureuse avec le financier pédocriminel américain Jeffrey Epstein.

"La reine est une personne incroyablement stoïque", a-il estimé, ajoutant que la famille royale tout entière "se mobilisait pour être là afin de la soutenir".

"Zéro chance que la reine abdique"

Depuis la semaine dernière, les principaux membres de la famille se succèdent auprès de la reine, notamment ses trois fils. Selon le plus jeune, Edward, Elizabeth II "tient le coup", malgré le choc incommensurable que constitue cette perte.

Après le décès de son époux, certains se demandent si la reine, qui aura 95 ans la semaine prochaine, ne va pas abdiquer et laisser la place à son fils aîné, le prince Charles, déjà âgé de 72 ans. D'après le Times, la souveraine a par exemple décidé de ne plus recevoir, pendant les deux semaines que vont durer le deuil royal, les fameuses boites rouges contenant des documents gouvernementaux.

Mais pour Penny Junor, "il y a zéro chance que la reine abdique". "A l'âge de 21 ans, elle a promis de servir son pays toute sa vie, qu'elle soit longue ou courte", a rappelé l'experte royale, en référence au célèbre discours du Cap qu'Elizabeth II avait prononcé en 1947, alors qu'elle était encore princesse.

"Tant qu'elle est en bonne santé physique et mentale, elle poursuivra le travail comme d'habitude", affirme Mme Junor.

De premiers signes vont en effet dans ce sens: la souveraine a par exemple maintenu son audience avec le Premier ministre Boris Johnson au lendemain du décès de son mari. Et dès mardi, quatre jours après le décès de son époux, elle a tenu son premier engagement officiel pour le départ à la retraite du plus haut fonctionnaire de la Maison royale.

Assumer seule certains engagements

Pour compenser l'absence de Philip, qui avait toujours été à ses côtés depuis son accession au trône en 1952, la monarque devrait s'appuyer davantage lors des événements officiels sur le prince héritier Charles et son épouse Camilla, ainsi que sur son petit-fils William, deuxième dans l'ordre de succession, et sa femme Kate.

Charles assumait déjà davantage de tâches ces dernières années, notamment pour représenter la couronne à l'étranger. Il devrait accompagner sa mère pour l'ouverture officielle du Parlement le 11 mai. Le Times affirme qu'elle devrait cependant continuer à assumer seule certains engagements.

L'attitude d'Elizabeth II offre un contraste frappant avec celle de la dernière reine britannique, Victoria, qui, à la mort de son mari Albert en 1861, n'avait pratiquement plus fait d'apparitions publiques, restant drapée de noir pendant quatre décennies. Sa mise en retrait lui avait valu d'être surnommée la "veuve de Windsor", et avait renforcé la popularité du mouvement républicain.

Défis à venir

Après le décès de Philip, la sympathie du public à l'égard de la reine, qui a toujours été très populaire, reste très élevée. Sa présence et sa longévité à la tête du Royaume-Uni ont contribué à écarter les velléités républicaines.

Succédant désormais à son père en tant qu'homme le plus âgé de la famille royale, le prince Charles et la monarque devront faire face à la série de problèmes urgents qui agitent la "Firme". La réapparition publique d'Andrew le week-end dernier a provoqué l'indignation dans certains milieux, alors que la justice américaine cherche toujours à l'interroger sur ses liens avec Epstein.

Le palais doit également faire face aux retombées de la mise en retrait l'année dernière du prince Harry, petit-fils de la reine, et de son épouse Meghan Markle, ainsi qu'à leurs récentes accusations explosives de racisme au sein de la famille royale, dans une interview-choc pour la télévision américaine.

Harry et son frère William seront réunis samedi pour l'enterrement de leur grand-père et le pays se demande si ce deuil partagé pourrait "avoir des conséquences positives": "la mort du prince Philip permettra peut-être à Harry de se réconcilier avec William et son père", espère l'experte royale.

N.B. avec AFP