BFMTV

Indépendance de Harry et Meghan: comment le couple a bravé les consignes d'Elizabeth II

Le prince Harry et son épouse Meghan lors de leur arrivée à la cérémonie des WellChild awards à Londres le 15 octobre 2019.

Le prince Harry et son épouse Meghan lors de leur arrivée à la cérémonie des WellChild awards à Londres le 15 octobre 2019. - TOBY MELVILLE - POOL - AFP

La reine a demandé à son petit-fils de ne faire aucune annonce cette semaine. Ce qu'il a refusé.

Le prince Harry et son épouse Meghan ont décidé de renoncer à leur rôle de premier plan au sein de la famille royale britannique pour s'installer une partie de l'année en Amérique du Nord. 

Avec cette annonce, le prince Harry a bravé les consignes de sa grand-mère Elisabeth II, rapportent The Evening Standard et CNN. La reine a demandé à son petit-fils de ne faire aucune annonce cette semaine. Ce qu'il a refusé. 

Harry, qui avait évoqué avec le prince Charles son envie de passer plus de temps aux Etats-Unis et au Canada, a envoyé à son père et à son frère une copie du communiqué une dizaine de minutes seulement avant l'annonce officielle. 

Une année "semée d'embûches"

Les tensions entre la reine Elisabeth II et le prince Harry expliquent aussi le ton froid du communiqué transmis par le palais de Buckingham mercredi soir: "Les discussions avec le duc et la duchesse de Sussex sont à un stade précoce. Nous comprenons leur désir de prendre une autre voie, mais ce sont des questions compliquées qui prennent du temps à régler."

Elizabeth II, 93 ans, reconnaît ainsi avoir été prise de court par la diffusion du message explosif du couple, qui venait de rentrer d'un séjour de plusieurs semaines au Canada. Ils y ont fêté Noël avec leur fils Archie, né le 6 mai 2019, un an après leur mariage fastueux retransmis par les télévisions du monde entier.

Cette annonce intervient également après une année de crises pour la famille royale, qui espérait pouvoir entamer 2020 sous de meilleurs auspices après, du propre aveu de la reine, une année "semée d'embûches": elle a été confrontée à l'irruption du nom du prince Andrew dans l'affaire du pédophile américain Jeffrey Epstein et à un accident de la route causé par le prince Philip, le mari de la souveraine, de santé fragile.

Jérôme Lachasse avec AFP