BFMTV

The Crown, la série qui fait trembler la monarchie britannique, est de retour

Olivia Colman dans le le rôle d'Elizabeth II dans The Crown, saison 3.

Olivia Colman dans le le rôle d'Elizabeth II dans The Crown, saison 3. - Sophie Mutevelian - The Crown - Netflix

La série qui dépeint avec beaucoup réalisme la famille royale britannique revient sur Netflix ce 17 novembre.

The Crown, la série ultra-réaliste sur la vie de la famille royale britannique, revient sur Netflix, ce 17 novembre pour une troisième saison. Les deux précédentes saisons, qui s'attachaient aux jeunes années de la reine Elizabeth II et au début de son règne, au côté de son époux le prince Philippe, avaient semble-t-il plutôt emballé les personnes concernées. Cette troisième saison, s'annonce d'autant plus déstabilisante pour la famille royale que l'on s'approche d'une époque plus contemporaine. 

Les premiers commentateurs royaux ont ainsi déjà dégainé leurs critiques, accusant la série de prendre trop de libertés avec les amours royales. Un ancien secrétaire de presse de la reine, Dickie Arbiter, a ainsi pris la parole dimanche dernier dans les colonnes du Sunday Times, s'indignant que la fiction prennent un peu trop de libertés la vie de la reine. La série sous-entend en effet que la reine a noué une romance avec l'entraîneur de ses chevaux de course, Lord Porchester, qu'elle appelle affectueusement "Porchie". Ce que Dickie Arbiter qualifie de "ragots sans fondement".

"Très bien documenté"

Pour Tom Bower, biographe royal, s'exprimant dans le Daily Mail, "beaucoup de ce que raconte The Crown est vrai". Il ajoute cependant "mais personne ne peut prouver que la reine et l'entraîneur de ses chevaux de course Lord Porchester aient partagé plus qu'une amitié passionnée".

"Je pense que beaucoup est vrai, je pense que beaucoup est très bien documenté, nombre de disputes, de liaisons et de problèmes ont vraiment eu lieu", insiste-t-il cependant. 

Le réalisme de la série, c'est justement ce qui inquiète à Buckingham Palace. Selon Robert Lacey, biographe de la reine cité par le Daily Mail, "The Crown est ce qui s'approche le plus de la réalité de vie royale". "Ce n'est pas un documentaire, mais l'équipe a fait un énorme travail de recherches historiques, qui ont étudié tous les détails pour s'assurer que ce que les gens voient à l'écran est juste", a-t-il encore expliqué. 

Selon le tabloid, les conseillers de la famille royale s'inquiéteraient du fait que cette troisième saison, qui couvre les années 1964 à 1977 et évoque la rencontre entre Charles et Camilla, ne ternisse l'image du futur roi. 

Rencontre entre Charles et Camilla

En 2018, alors qu'étaient diffusées les deux premières saisons de The Crown, la presse britannique rapportait pourtant - difficile de savoir si c'est vrai - que, selon des sources royales, la souveraine avait regardé et apprécié la série, regrettant seulement le côté un peu dramatique, notamment l'épisode sur la scolarité du jeune Charles.

Selon Robert Lacey, biographe de la reine cité par le Daily Mail, "The Crown est ce qui s'approche le plus de la réalité de vie royale. Ce n'est pas un documentaire, mais l'équipe a fait un énorme travail de recherches historiques, qui ont étudié tous les détails pour s'assurer que ce que les gens voient à l'écran est juste", souligne-t-il a-t-il encore. Ce qui explique selon lui, que la reine ne regarde pas The Crown, parce que cela devient "trop proche de la réalité". 

"Broder entre les points"

Fantasme de la presse tabloid ou réalité, les équipes de Buckhingham auraient également tout fait pour éviter que le prince Charles ne croise des acteurs de la série lors d'une avant-première en avril dernier.

Selon le Daily Mail, les conseillers de la famille royale s'inquiéteraient du fait que cette troisième saison, qui couvre les années 1964 à 1977 et évoque la rencontre entre Charles et Camilla, ne ternisse l'image du futur roi. 

"Lorsque vous tournez une fiction basée sur des vraies personnes et des faits réels, vous devez constamment vous demander comment vous vous situez par rapport à la vérité et à l'exactitude, et quelle en est la responsabilité", a expliqué au Hollywood Reporter, Peter Morgan, créateur de la série.

Il ajoute: "La bonne nouvelle concernant la famille royale et les Premiers ministres c'est que tout le monde sait où ils étaient à chaque événement. Il n'y a aucun mystère là dessus. Mais il faut broder entre les points. C'est là qu'intervient l'imagination". 

Magali Rangin