BFMTV

"Pas essentiel": ce qui se cache derrière le message affiché sur la façade de l'Olympia

La devanture de L'Olympia ce mardi 8 décembre

La devanture de L'Olympia ce mardi 8 décembre - Philippe Dufreigne - Twitter.com

Depuis quelques jours, la façade de l'Olympia affiche ces mots: "non essentiel".

Mardi soir, l'Olympia arborait sur sa façade les mots "pas essentiel". Une référence à la formule de Jean Castex, pour qualifier les commerces et rayons "non essentiels" contraints de fermer pendant le confinement - librairies, cinémas et salles de spectacle inclus - et aux inquiétudes du monde de la culture, qui redoute l'annonce d'un report de l'ouverture des salles de spectacle, prévue le 15 décembre prochain.

Trois jours plus tard, l'auteur de ce "happening" a été révélé: il s'agit du slammer Grand Corps Malade, qui sortira ce jeudi soir à minuit sur toutes les plateformes un morceau inédit intitulé Pas essentiel. Le musicien a dévoilé un visuel où il pose le visage barré par les mots "Pas essentiel".

Les photos de la façade de l'Olympia ont été très relayées sur les réseaux sociaux, et présentée comme une pique de la célèbre salle de spectacle à l'égard du gouvernement. Contacté mardi soir par le Huffington Post, l'Olympia avait précisé que ces mots n'avaient pas été affichés "dans un but revendicatif", "mais dans le cadre du tournage d'un clip", sans en dire plus.

Plusieurs voix du secteur s'alarment depuis plusieurs jours de voir la réouverture de leurs établissements remise en question. Pour certains, la fermeture n'est pas légitime. "Je suis très inquiet", a ainsi fait savoir Jean-Michel Ribes, directeur du théâtre du Rond-Point, sur BFMTV:

"Est-ce que les salles de théâtre, qui depuis le début de cette épidémie n’ont jamais révélé le moindre cluster, doivent être aussi fermées? Je sais que la partie est dure, et je trouve ça magnifique de se battre, mais bombarder des lieux où l’ennemi est absent, c’est un peu étrange."

5000 cas de contamination par jour, c'était l'objectif qu'avait fixé Emmanuel Macron pour pouvoir alléger de nouveau les mesures de confinement à partir du 15 décembre prochain. Mais les chiffres ne sont pas aussi bons que ne l'espérait le gouvernement, ce qui pourrait remettre en cause la réouverture des cinémas et salles de spectacle.

Des aides ont été accordées au secteur depuis le début de la crise. La ministre de la Culture Roselyne Bachelot a annoncé une aide de 115 millions d'euros pour le spectacle vivant et le cinéma en novembre. En août, elle avait déjà déclaré qu'un budget de 435 millions d'euros avait été débloqué en faveur du spectacle vivant.

https://twitter.com/J_Lachasse Jérôme Lachasse Journaliste BFMTV